Camerounactuel

Sonara : la mise à jour le manuel des procédures va coûter plus de 100 millions

L’entreprise a pour ambition d’harmoniser ses documents et former son personnel à l’exploitation du nouveau manuel.

Passer en revue tous les manuels de procédures élaborés existants, vérifier la cohérence entre les manuels existants et les référentiels sur lesquels ils s’appuient. Harmoniser les manuels des procédures, produire un document unique et former les utilisateurs à l’exploitation du manuel des procédures.

C’est le travail que va s’atteler à faire, le cabinet ou l’organisme retenu à l’issue de l’appel d’offres national ouvert par la Société nationale de raffinage (SONARA) S.A. Le coût prévisionnel de l’opération est de 107 444 250 FCFA, financé par le budget de fonctionnement de la SONARA (FB 122-X 58-0420) pour toutes les entreprises de droit camerounais ou installées au Cameroun et exerçant dans ce domaine spécifique.

Le 22 avril 2022, le chef de l’Etat Paul Biya a marqué son accord au comité ministériel chargé de la réhabilitation et la reconstruction de la SONARA, d’engager son plan de mise en œuvre à cet effet. De manière plus concrète, il est question de réhabiliter et reconstruire les unités de production détruites par l’incendie du 31 mai 2019, ayant ravagé une bonne partie des installations de la raffinerie.

Le ministère des Finances (Minfi) informe il sera aussi et surtout question de l’achèvement du projet « SONARA 2010 », qui avait débuté en 2008, mais dont la première phase n’est jusqu’ici pas achevée. En d’autres termes, il s’agit en plus de la reconstruction des unités détruites, les moderniser et installer un hydro tracteur qui permettra de mieux raffiner les bruts lourds du Cameroun et de la sous-région, et réduire ainsi les pertes induites par l’utilisation de l’ancienne infrastructure.

Selon les prévisions du Minfi, en injectant les 250 milliards FCFA à mobiliser, les pertes de l’entreprise seront réduites de 45% à 7%. L’objectif étant de traiter le pétrole brut camerounais à moindre coût, afin de réduire considérablement les subventions de l’Etat envers ladite entreprise. De plus, avec les investissements à consentir, l’Etat du Cameroun réduirait sa dépendance au pétrole brut importé qui est par la suite traité localement.

CIN

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi