Camerounactuel

Sensibilisation sur le COVID-19: il faut impliquer les relais communautaires

La pandémie ayant amorcé la phase de contamination communautaire, la contribution des leaders religieux, des chefs traditionnels et des magistrats municipaux notamment, est plus que jamais indispensable.

C’est en communauté que le Co-vid-19 sévit désormais au Cameroun. Les chiffres de nouveaux cas confirment que l’on est à la phase la plus dangereuse de la pandémie. Celle pendant laquelle, le virus, tel un courant d’air, passe d’une personne à une autre dans les familles, les marchés, les églises, les débits de boissons et autres lieux publics. Surtout, si les mesures barrières ne sont pas appliquées.

Le relâchement observé dans les villes du pays depuis l’assouplissement des mesures de restriction appelle à une mobilisation générale. Et surtout à un sursaut d’orgueil et de responsabilité individuelle, qui permettrait au Cameroun d’inverser la tendance actuelle.

Pour combattre cet ennemi invisible, aucune contribution n’est de trop. Les médias classiques ont bien évidemment leur rôle à jouer dans la sensibilisation de masse, mais les relais communautaires constituent les canaux idéaux pour toucher les communautés.

Ces acteurs sont capables d’aller jusqu’au porte-à-porte pour expliquer l’importance du lavage des mains, du port du masque et du respect de la distanciation sociale. Le ministère de la Communication l’a bien compris et depuis des jours, le chef de ce département ministériel a entamé une série d’échanges avec les chefs traditionnels, les leaders religieux et tout récemment avec les magistrats municipaux.

A l’occasion, René Emmanuel Sadi a indiqué qu’il s’agit pour ces leaders communautaires, d’accentuer le déploiement sur le terrain, en vue de faire comprendre aux uns et aux autres que le respect des mesures barrières est salutaire pour tous. Les maires, comme les autres relais communautaires, ont donc été invités à conduire sur le terrain, une véritable campagne d’explication de ces mesures, ainsi qu’une mobilisation des populations sur l’observance des mesures barrières contre le Covid-19.

Si certains de ces leaders communautaires s’étaient montrés proactifs sur cette campagne de sensibilisation dans leurs localités, d’autres sont invités à prendre le train en marche. Car leurs actions ont une incidence directe sur la vie des populations. Le prêtre, le pasteur, l’imam, le lamido, le fon ou tout autre chef traditionnel, doit désormais être au front. Question de faire prendre conscience aux incrédules, qui s’agglutinent encore dans les marchés ou les débits de boissons, que le danger n’est pas loin.

Il vaut mieux prévenir que guérir. Même si le Cameroun est déjà à plus de 1000 guérisons, l’application des mesures barrières par le grand nombre n’est pas à négliger. L’implication des leaders religieux et des chefs traditionnels dans cette bataille est plus que porteuse d’espoirs afin d’obtenir une masse critique des personnes ainsi sensibilisées et bien parées contre: cet ennemi commun.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles