Camerounactuel

Selon Jean Francois Channon, Joseph Owona est le danger des Bamileke au Cameroun

Dans une tribune sur son compte Facebook, le directeur de publication du journal Le Messager parle d’une conversation qu’il a eue avec l’ancien ministre de Biya.

Depuis ce mercredi 16 avril 2020, Joseph Owona est le nouveau membre du Conseil constitutionnel. C’est un décret de Paul Biya, qui le nomme à cette fonction. Depuis la publication dudit décret, chaque camerounais y va de son commentaire pour donner son avis sur l’homme. Le dernier commentaire sur la personne est celui de Jean Francois Channon. Celui-ci est journaliste et par ailleurs directeur de publication du journal Le Messager.

« En 1991, je suis journaliste à l’effort camerounais, journal de l’église catholique camerounais basé à l’époque à Mvolye. En mars 1992 se tient au Cameroun une session de l’union interparlementaire. La réunion des parlementaires du monde en entier. Le président Biya préside la cérémonie d’ouverture. Avant les discours, Bounougou Fouda aux côtés de qui je suis assis aperçoit le Pr Joseph Owona », relate celui-ci.

Langue Ewondo

Avant de poursuivre, « ll me suggère que nous allions lui dire bonjour. Nous arrivons vers lui. L’entretien que nous avons se passe en Ewondo. Une langue que je connais bien. Le pr Owona après les présentations nous suggère d’adhérer à son projet de créer un organe de presse en langue Ewondo pour sensibiliser le peuple face aux dangers des Bamileke au Cameroun. Je ne croyais pas ce que j’entendais », conclut Jean Francois Channon.

Le nouveau membre du Conseil constitutionnel est présenté comme l’un des chantres du tribalisme au Cameroun. « C’est très grave ça ! Au-delà de ses compétences qui n’est plus à démontrer, si ce que channon dit est vrai alors elle est très mauvaise cette nomination et ne vas qu’exacerber les clivages ! », écrit un internaute.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles