Camerounactuel

Samuel Eto’o Fils : « Je ne laisserais personne bafouer la réputation du Cameroun »

Face à la presse hier mardi 25 janvier à Yaoundé, le président de la Fédération camerounaise de football a tenu à taire les rumeurs autour d’une supposée implication du Cameroun autour des tests Covid-19 ou mieux encore, de l’état de la pelouse du stade de Japoma.

Gant brodé et mocassins de couleur noire ; mine défaite, ton ferme et solen- nel…C’est un Samuel Eto’o portant le deuil qui s’est présenté à la presse hier au siège de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Actualité oblige, le nouveau patron de l’instance faîtière du football camerounais partage la douleur et la consternation des familles éplorées suite à la bousculade meurtrière survenue la veille à l’une des entrées du stade Olembé en marge du match Cameroun-Comores (2-1) comptant pour les huitièmes de finale de la Can TotalEnergies 2021. D’ailleurs, c’est par un message de condoléances que l’ancien capitaine des Lions indomptables va entamer son propos.

« Je voudrais exprimer ici, au nom de mes collègues du Comité exécutif et de toute la grande famille du football, les condoléances les plus attristées de la Fécafoot (…) J’ai une pensée émue pour les familles de nos compatriotes qui y ont perdu la vie alors qu’ils étaient venus au stade, la joie au cœur, pour soutenir nos valeureux Lions indomptables. Je souhaite prompt rétablissement aux blessés admis dans les hôpitaux en espérant vite les revoir parmi nous dans les stades », confie le quadruple Ballon d’or africain.

Malentendus inutiles

Passé ce devoir de mémoire, le nouvel homme fort de Tsinga va droit au vif du sujet : la polémique qui enfle autour de la qualification du Cameroun face aux Comores dont une dizaine de joueurs ont été testés positifs à la Covid 19. Toute chose qui a poussé une certaine opinion à remettre en cause la fiabilité des tests Per, insinuant que ces cas de contamination détectés tendaient à favoriser les Lions indomptables.

En guise de réaction, Eto’o rappelle d’emblée que la Confédération africaine de football est l’organisateur de la compétition et la seule garante du respect des règles de la compétition.

« C’est à elle de lever les malentendus qui perdurent. Pour ce qui nous concerne, je dois dire que dans le cadre de Can TotalEnergies Cameroun 2021, la Fédération camerounaise de football a pris des dispositions particulières pour que les joueurs de l’équipe nationale du Cameroun soient préservés des contaminations au Covid-19. Dans la bulle sanitaire des Lions indomptables, les joueurs sont quotidiennement testés et toute personne, sans exception, souhaitant entrer en contact avec les joueurs et l’encadrement technique de la sélection nationale doit présenter un test Per négatif de moins de 48 heures ou un Tdr antigénique négatif de moins de 24 heures », souligne-t-il.

Et de rappeler à l’opinion publique que les tests Covid des équipes prenant part à la Can sont réalisés par un cabinet indépendant choisi par la Caf. Et donc le pays organisateur ne saurait être impliqué dans la réalisation desdits tests et n’est en rien concerné par les contaminations détectées et comptabilisées au sein des équipes participantes.

« Le Cameroun est un grand pays de football avec 5 Coupes d’Afrique des nations, 7participations à la Coupe du monde. Six camerounais se sont vus décernés 11 ballons d’or africain sans oublier la médaille olympique remportée en 2000 aux Jeux olympiques de Sydney. Tout ceci a été gagné en toute transparence, sans tricherie, grâce aux talents et aux fighting spirit de nos valeureux Lions indomptables. Je ne laisserais personne bafouer cette réputation chèrement acquise sur le terrain », argue le Pi chichi.

La pelouse de Japoma, un faux débat

Parlant justement de terrain, l’ancien goléador du Fc Barcelone va en profiter pour mettre la balle au centre et taire une autre polémique relative aux propos qu’on lui aurait prêté au sujet du mauvais état de la pelouse du stade de Japoma.

« Je n’ai jamais fait une quelconque déclaration concernant ce stade et je prie donc les journalistes et les blogueurs de commenter les faits. Je prie ceux des anciens joueurs devenus commentateurs de match, de vérifier les faits avant de se lancer dans des commentaires hasardeux. Le stade de Japoma est une belle arène qui répond aux standards internationaux. Le problème de la pelouse ne s’y pose pas ; les footballeurs de bonne foi ne se plaignent pas. Tout africain devrait être fier de ce bel édifice qui côtoie les plus beaux stades du monde. Je profite de l’occasion qui m’est ainsi offerte pour remercier la presse nationale qui couvre la Can au Cameroun. Tout n’est pas parfait. Et vous prie de nous excuser. Mais faisons en sorte que cette compétition reste la plus belle fête du football africain que nous célébrons », a conclu Samuel Eto’o.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles