Camerounactuel

Programme économique et financier : le FMI va octroyer 46 milliards au Cameroun

L’accord avec les autorités camerounaises sera soumis à l’approbation du Conseil d’administration du Fonds Monétaire International au cours de ce mois de juillet.

Une équipe du Fonds Monétaire International (FMI) dirigée par Amadou Sy a séjourné au Cameroun du 15 au 29 juin dernier. Les émissaires de l’institution de Bretton Woods ont conclu des discussions hybrides avec les autorités camerounaises sur la deuxième revue du nouveau Programme Economique et Financier (PEF) appuyé par la Facilité Elargie de Crédit (FEC) et du Mécanisme Elargi de Crédit (MEC) conclu en 2021. Les conclusions de ces discussions sont bonnes pour le Cameroun : le pays va bénéficier d’un appui de plus de 46 milliards de francs CFA.

« L’équipe du FMI est parvenue à un accord au niveau des services avec les autorités camerounaises sur les politiques économiques et financières qui pourraient soutenir l’approbation de la deuxième revue du programme dans le cadre des accords FEC et MEDC. L’accord est soumis à l’approbation du Conseil d’administration du FMI en juillet 2022, ce qui permettrait le décaissement de 55,2 millions de DTS (plus de 46 milliards de francs CFA) », annonce le FMI.

Selon le Fonds Monétaire International, les perspectives à moyen terme restent positives, bien que confrontées à des incertitudes considérables. La stratégie économique reste axée sur la reconstitution des amortisseurs budgétaires et extérieurs pour soutenir la stabilité macroéconomique.

Cependant, conseille le FMI, le rythme des réformes structurelles doit être accéléré pour que le pays puisse atteindre ses objectifs de développement. L’environnement des affaires doit être amélioré pour que le secteur privé puisse jouer un rôle de premier plan dans le soutien de la croissance.

La mission a néanmoins salué les efforts continus des autorités camerounaises pour améliorer la gestion des finances publiques et la gouvernance, y compris la responsabilité de l’exécution du budget. La mission a également salué les efforts des autorités en vue du renforcement de la gestion financière des entreprises publiques, y compris les progrès récents de la restructuration de la Société Nationale de Raffinage (Sonara).

« L’achèvement de projets d’infrastructure clés, en particulier pour l’énergie et les transports, devrait stimuler la croissance économique et soutenir le remplacement des biens importés par des biens produits localement », analyse le FMI. Non sans saluer l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre des politiques compatibles avec la stabilité de l’arrangement monétaire de la région, ce qui inclut la reconstitution des réserves de change de la BEAC.

« A cette fin, les autorités s’efforcent de renforcer le respect de la réglementation des changes, notamment en ce qui concerne le rapatriement des recettes d’exportation, sans pour autant entraver les paiements légitimes à l’étranger », fait remarquer le Fonds.

Notons que dans le cadre de cette mission, réquipe des services du FMI a rencontré le Premier ministre Joseph Dion Ngute, le Ministre et Secrétaire général de la présidence de la République Ferdinand Ngoh Ngoh, le ministre des Finances Louis Paul Motaze, le Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire Alamine Ousmane Mey, le Directeur National de la BEAC Eugène Biaise Nsom, et d’autres hauts fonctionnaires. La mission a également rencontré des représentants des partenaires au développement, de la communauté diplomatique, du secteur privé et de la société civile.

Défis Actuels

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi