Camerounactuel

Lutte contre le Covid-19: Sitracel se lance dans la fabrication des masques

Après la Cotonnière industrielle du Cameroun, Sitracel se positionne sur le marché des masques anti-Covid-19 en tissu

Depuis quelques jours, la Société industrielle de traitement de cellulose (Sitracel), contrôlée par l’industriel Paul Kammogne Fokam, annonce la commercialisation de masques de protection «100% en tissu non tissé, avec filtre hydrophile (ne laisse pas passer l’eau)» et disposant de «4 barrières filtrantes ».

Ces masques à plusieurs couleurs sont aussi bien «à usage ordinaire» que «médical». Dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus, ils sont vendus entre 300 et 600 FCFA l’unité, selon qu’ils sont à usage unique ou lavables, apprend-on.

Sitracel devient ainsi la 2e unité industrielle au Cameroun à se lancer dans la production et la commercialisation des masques anti-Covid 19 en tissus, après la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam), unité industrielle publique spécialisée dans le textile qui commercialise des masques au prix de 1300 FCFA l’unité. Sitracel se positionne en véritable concurrent avec des prix hautement plus compétitifs.

Crée en Octobre 1978 avec un capital de 50 000 000 FCFA, la Société Industrielle de Traitement de Cellulose en abrégé Sitracel est une société anonyme à capitaux exclusivement nationaux, spécialisée dans la transformation, la fabrication, la commercialisation, et la distribution des produits hygiéniques et paramédicaux à base de la cellulose.

Sitracel ambitionne la mise à la disposition des consommateurs d’une gamme de produits pour leur hygiène et leur santé ; la satisfaction de toutes les couches, en élargissant les gammes de produits et en les appliquant à une politique adaptée ; la satisfaction de la demande du marché en respectant les normes de qualité et de quantité.

L’entreprise est solidement implantée sur le territoire national et daps la sous-région Cemac, notamment avec ses deux sites d’exploitation (Douala et Yaoundé), ses quatre agences commerciales

(Yaoundé, Douala, Ngaoundéré et Bafoussarn) et plusieurs représentations au Cameroun et dans la zone.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles