Camerounactuel

Les camerounais boycottent le mot d’ordre de confinement lancé par Kamto

Dans les rues de Douala et Yaoundé, force est de constater que ce lundi 6 avril 2020 le mot d’ordre lancé par le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun n’est pas suivi.

Ce lundi 6 avril 2020, force est de constater que les habitants de Douala vaquent librement à leurs occupations. De sources sur place à Yaoundé et Bafoussam c’est le même constat qui est fait dans ces villes. Un pied de nez au mot d’ordre de confinement lancé vendredi dernier par Maurice Kamto, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun.

« Les rues grouillent de monde. Travailleurs, commerçants, benskineurs, mènent leurs activités comme si de rien n’était », indiquent nos sources. Dans une lettre de 9 pages, l’homme politique exige aux camerounais de sortir pour s’auto-organiser avec des initiatives populaire pour éradiquer le coronavirus au Cameroun. Il demande aussi aux sociétés de distribution d’eau et d’électricité de ne pas recouvrir le paiement pendant trois mois.

Adhésion

Des initiatives qui ne fédèrent pas. « Les camerounais dans leur immense majorité vivent au jour le jour, et ne sauraient se soumettre sans réelles actions d’accompagnement. « Kamto a demandé de ne pas payer l’eau et l’électricité, une fois que mon compteur sera enlevé, viendra-t-il le remplacer ? Viendra-t-il nourrir mes enfants si je reste à la maison ? » S’interroge un citoyen.

Dans la foulée, une initiative de collecte de fonds est lancée par l’homme politique. Il s’agit pour Maurice Kamto d’aider les familles pendant cette période de confinement. En seulement 48 heures après, cette  marque une une forte adhésion populaire. La collecte s’élève à plus 200 000 Euro, soit un peu plus de 130 millions de Fcfa. De quoi donner de l’extase aux militants du Mrc.

 

 

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles