Camerounactuel

Justice : batailles judiciaires autour de la succession dans un foyer polygame

Certains veulent écarter leur tante paternelle et les frères du second lit des biens de leurs défunts père et grand-père à travers des manouvres judiciaires. Les autres réagissent en saisissant la Cour d’appel du centre pour réexaminer une décision d’instance qui leur est défavorable.

Les nombreux enfants de feu Louis Marie Ndinga Ovono nés de ses deux épouses, sont en total désaccord Après avoir fait un tour au Tribunal de grande instance du Mfoundi, ils sont actuellement devant la Cour d’appel du Centre. La partie qui se dit lésée, n’a pas abandonné le combat. Le 13 mai 2020, l’affaire revenait pour les débats, mais elle a été renvoyée à une date ultérieure.

Il ressort des documents que Kalara a parcouru que les membres de cette famille se livrent des batailles judiciaires pour le contrôle, entre autres, des immeubles bâtis par leur regretté père au quartier Nkoldongo à Yaoundé. Pourtant après le décès de leur géniteur, un conseil de famille s’était tenu et à l’issue duquel il était décidé que tous les enfants de Louis Marie Ndinga Ovono soient reconnus comme ses héritiers, d’une part, et Joseph Denis Ndzinga Ndzinga, le fils de la seconde épouse, avait été désigné administrateur des biens du disparu.

Mais ses aînés, Symphorien Eyebe Ottou et Bernard Bindzi Beyala, les enfants de la première épouse se sont toujours opposés à cette désignation qu’ils jugent injuste pour des motivations qui leur sont propres. Pour eux, les résolutions de ce conseil sont sans objet. Raison pour laquelle ils ont engagé une procédure d’un jugement d’hérédité sur la succession de leur père devant le Tribunal de grande instance (TGI) du Mfoundi, ignorant les autres membres de la famille, notamment leurs frères consanguins.

L’exploitation des mêmes documents indique que le 25 mai 2015, le TGI leur a donné raison aux enfants de la première conjointe du défunt en rendant 4 un jugement d’hérédité dans lequel ces derniers devenaient administrateurs des biens alors que Joseph Denis Ndzinga Ndzinga avait été destitué. Une décision qui allait en contradiction avec les décisions du conseil de famille controversé.

Face à cette Situation qui s’apparentait à un hold-up, Mme veuve Ngono Azombo, la seconde épouse, a immédiatê-ment saisi le même tribunal pour s’opposer au jugement d’hérédité litigieux. Sa démarche consistait à faire respecter les décisions arrêtées par l’ensemble de la familil C’est-à-dire, rétablir son fils Joseph Denis Ndzinga Ndzinga à la tête de l’administration des biens et réintégrer toute sa progéniture comme héritiers à part entière de son feu mail. Mais les choses ne vont pas se passer comme elle souhaite. Elle n’aura pas gain de cause, puisque le tribunal a confirmé, le 24 janvier 2019, le jugement d’hérédité qu’elle conteste.

C’est donc, cette décision du TGI qui a fait l’objet d’un recours devant la Cour d’appel du Centre. La veuve demande aux juges de la Cour de réexaminer la décision du TGI qu’elle estime injuste.

Rappelons que l’’affaire qui oppose les ayants-droit de Louis Marie Ndinga Ovono se résumé en ce que les fils ainés de la première épouse n’accordent aucun crédit au conseil de famille qui a voulu faire de leur cadet Joseph Denis Ndzinga Ndzinga,. Une place que dernier et sa mère n’entendent céder. Devant un tel imbroglio, seule la justice pourra trancher le litige.»

Source: Kalara

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles