Cameroun Actuel

Irad et Cnps : le Consupe aux trousses de 43 cadres

Ces gestionnaires de fonds publics sont convoqués dans les structures spécialisées de l’institution depuis décembre dernier.

L’épervier plane au-dessus de l’Institut de recherches agricoles pour le développement (Irad) et la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps). Pas moins de 43 personnes, cadres des deux structures sont attendus à la Conseil de discipline budgétaire et financière de l’Etat (Cdbf) du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) incessamment.

La convocation qui n’a fuité sur les réseaux sociaux qu’en ce début d’année, date pourtant du 6 décembre 2021. A leur tête Tawo Julius Agboc, ex chef de la station Irad de Barombi Kang par Kumba. Les autres sont tous issus de la Cnps, et ressortent des agences réparties, sur toute l’étendue du territoire.

Entre autres Caroline Ejangue (ex directeur des affaires communes de la Cnps), Pitol Bouquet (chef du centre de prévoyance sociale de Bertoua), Charles David Eyango (chef du centre de prévoyance sociale de Dschang), Sabada Amougou (chef de service adjoint des prestations du Centre de prévoyance sociale d’Ebolowa), Jean Paul Ndonfack (chef de section du bureau Total des années 2013 à 2013 du Centre de prévoyance sociale de Dschang), Gilbert Kemdem (chef de service de comptabilité du Centre de prévoyance sociale de Nkongsamba), Ibrahim (ex chef du Centre de prévoyance sociale de Sangmélima en 2014), André Ngensi (chef service des prestations du centre de prévoyance sociale de Limbé), Louis Kevin Bessala (chef du Centre de prévoyance sociale de Mélen-Yaoundé), Flavien Kotto (ex chef du Centre de prévoyance sociale de Marouajn, Bamabas Mbonde (ex chef du Centre de prévoyance sociale de Bamenda entre 2010 et 2012),…

Reprise de l’Opération Épervier

Rien ne fuite d ce qui est reproché à ces derniers qui sont ainsi attendus à Yaoundé pour être cuisinés sur la gestion des structures à eux confiés. Mais généralement, les. gestionnaires de deniers publics sont convoqués chez Rose Mbah Acha Fomundam, lorsque le gendarme des fonds publics soupçonne des irrégularités ou fautes de gestions dans l’exercice de leurs fonctions.

On en saura un peu plus dans les prochaines semaines. Lorsque les soupçons de malversations sont confirmés, le rapport transmis à la présidence de la République, principal dirigeant du Consupe, peut donner lieu à une action publique auprès des juridictions compétentes.

Cela survient dans un contexte où le président de la république a clairement annoncé dans son discours de fin d’année, une reprise de l’Opération Épervier, cette traque des gestionnaires indélicats. Après quelques années de pause. Entre temps, la récréation s’est organisée.

Beaucoup d’encre et de salive ont coulé au sujet des fonds Covid et des chantiers de construction ’ d’infrastructures sportives dédiées à la Can 2021 qui se joue actuellement, sur la base de dénonciations de distraction de fonds.

Le Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles à la Une

Bon à savoir !

Lire aussi