Camerounactuel

Impôts : des contribuables camerounais dénoncent le marchandage de la déclaration en ligne

Le président de l’Association camerounaise pour la défense des droits des contribuables (ACDC), Mazou Mouliom, a saisi, le 7 juin, le directeur général des Impôts pour dénoncer le marchandage des déclarations en ligne des contribuables.

« Nous avons l’honneur de porter à votre connaissance certaines pratiques indécentes des responsables des centres divisionnaires des impôts qui sapent les efforts fournis par la direction générale des Impôts à travers la digitalisation visant non seulement l’amélioration du service offert aux contribuables, mais aussi à éviter la corruption« , écrit le responsable. Ce dernier explique que ce marchandage se manifeste par l’exigence des sommes d’argent pour la mise en ligne des contribuables après le paiement de leurs impôts.

Une pratique qui, selon le. président d’association, a fait son nid à Douala, la capitale économique du pays, et se généralise de plus en plus sur l’étendue du territoire camerounais. Mazou Mouliom soutient que certains centres divisionnaires des impôts sont devenus des «cyber-cafés», si bien que les contribuables qui déclarent eux-mêmes leurs impôts sont menacés par certains agents véreux des Impôts.

Au vu de cette situation, l’ACDC dénonce ces pratiques et demande que des mesures soient prises pour y mettre fin. En attendant la réaction du patron du fisc, il est à noter que depuis le 1er janvier 2022, toutes les procédures fiscales au sein des Centres divisionnaires des impôts, structures dédiées aux petits contribuables au Cameroun, sont digitalisées.

Cette décision marque ainsi la généralisation de la digitalisation des procédures • fiscales dans le pays, après l’implémentation de cette réforme auprès des grandes et moyennes entreprises. Entamée depuis une dizaine d’années, la digitalisation des procédures fiscales a, depuis lors, permis d’améliorer substantiellement l’administration de l’impôt et la collecte des recettes dans le pays.

Mais, au-delà de Ce gain de temps, explique le fisc, la digitalisation a permis une meilleure sécurisation des recettes fiscales, ainsi que leur augmentation continue dans l’enveloppe budgétaire de l’État. Depuis 2019, le ratio recettes fiscales (DGI) produit intérieur brut est pourtant en baisse continue, selon les données officielles. Il était de 8,5% en 2019, de 8,1% en 2020 et est estimé à moins de 8% en 2021.

Vision Economique

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles