fbpx

Cameroun Actuel

Grève nationale des enseignants universitaires : le SYNES réclame le versement immédiat de la quatrième tranche de l’Allocation de Modernisation de la Recherche

Dans un communiqué de presse publié le 21 janvier 2024, le Bureau Exécutif National du Syndicat National des Enseignants du Supérieur (BEN-SYNES) a appelé à une grève nationale, débutant le lundi 22 janvier.

Les membres de SYNES, qui sont des enseignants universitaires au Cameroun, ont également déclaré que la grève ne prendra fin que lorsque la quatrième tranche de l’Allocation de Modernisation de la Recherche sera versée à tous les enseignants éligibles. La décision a été prise lors d’une session extraordinaire tenue le dimanche 21 janvier 2024, selon un communiqué du Prof. Wogaing Fotso J, Secrétaire Général de SYNES.

La principale cause à l’origine de la grève réside dans le retard du paiement de la quatrième tranche de l’Allocation de Modernisation de la Recherche, une prestation établie par le Président Paul Biya. Selon BEN-SYNES, à partir du 21 janvier 2024, environ 70 % des bénéficiaires éligibles n’ont toujours pas reçu leur paiement dû.

BEN-SYNES a appelé à ce que les paiements soient effectués immédiatement, arguant que le retard porte atteinte non seulement au bien-être financier des enseignants, mais compromet également l’environnement académique global.

BEN-SYNES a demandé à tous les enseignants affiliés aux universités d’État de se joindre à la manifestation, les exhortant à continuer d’observer l’ordre de grève à partir du lundi 22 janvier 2024, à 7 heures du matin. La grève persistera jusqu’au versement intégral de la prime spéciale à tous les enseignants concernés.

Le Prof. Fotso a souligné l’urgence de traiter les préoccupations soulevées par les enseignants, affirmant : « Nous trouvons regrettable que la quatrième tranche de l’Allocation de Modernisation de la Recherche n’ait pas été versée à la majorité de nos membres. Ce retard affecte non seulement leur stabilité financière mais compromet également la qualité de l’éducation que nous dispensons. »

Ce n’est pas la première fois que les membres de SYNES appellent à une grève nationale pour des allocations de recherche impayées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi