Camerounactuel

Éducation: Dominique Beling Nkoumba a cassé sa pipe

L’homme de lettres, ancien inspecteur général de pédagogie au ministère de l’Education nationale et auteur de plusieurs ouvrages pour l’enseignement, s’est éteint à l’âge de 88 ans. Ses obsèques sont prévues ce weekend.

Les moins de 30 ans ne l’ont sûrement pas connu. Dominique Beling Nkoumba n’est plus. L’homme qui a oeuvré pour une éducation de qualité au Cameroun, est décédé le 12 mars 2020 à l’âge de 88 ans. Le natif d’Ondong-Ajap par Ebolowa était davantage connu à travers ses ouvrages. Pas moins de cinq productions.

Difficile de n’avoir pas lu «Manuel d’histoire du Cameroun : à l’usage des classes du cours moyen et du 1er cycle du 2nd degré » (Ceper, 1983), écrit avec le Révérend Père Engelbert Mveng. Tout comme ce livre de géographie des classes de cours moyen première et deuxième année, « Le Cameroun, l’Afrique et le monde » (Hatier, 1983), écrit avec Madeleine Mbono Samba.

Le pédagogue a également laissé son empreinte dans les « Contes du Cameroun », publié en deux tomes : le premier paru en 1978 aux éditions Clé et le second édité en 1983. De même, les élèves du primaire, d’une certaine époque, n’oublieront pas les bienfaits de son tout premier jet, « Le CEPE camerounais : épreuves corrigées et annotées à l’usage des élèves et des maîtres des cours moyens deuxième année des écoles primaires » (Cepmae, 1970).

Dominique Beling Nkoumba donnait du sens au dense parcours scolaire suivi dès l’obtention de son Certificat d’études primaires élémentaires à la Mission protestante d’Elat par Ebolowa en décembre 1945. Il a poursuivi au Collège évangélique de Libamba où il obtient un baccalauréat en philosophie.

Le supérieur a été ponctué par trois formations : l’Ecole normale d’instituteurs de l’Ain en Bourg en France ; puis l’Ecole normale supérieure de Saint-Cloud en France où il obtient un certificat supérieur d’aptitude pédagogique en 1960. Il boucle en 1964 avec l’obtention du certificat d’aptitude à l’inspection pédagogique.

Ce bagage intellectuel va le conduire dans l’enseignement public du Cameroun. Il occupera ainsi les fonctions d’inspecteur de l’enseignement primaire de l’Ouest à Nkongsamba, puis du Haut-Nyong à l’Est. En 1967, Dominique Beling Nkoumba est nommé directeur de l’enseignement du 1er degré au secrétariat d’Etat à l’Education nationale.

Chargé de recherche à l’institut pédagogique à vocation rurale de Yaoundé, il sera ensuite nommé directeur de l’enseignement primaire et maternel au ministère de l’Education (1981-1985), avant d’achever sa carrière professionnelle comme inspecteur général de pédagogie, chargé de l’enseignement primaire, maternel et normal jusqu’au 31 décembre 1987.

Il prendra sa retraite le Ie’janvier 1988. Fait commandeur du mérite camerounais en juin 2000, Dominique Beling Nkoumba était membre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) dès sa création en 1985. Il a été maire de la commune rurale d’Ebolowa de 1996 à 2002. Patriarche du clan Ngoa dans le Sud, il s’éteint à l’âge de 88 ans.

Source : Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles