Camerounactuel

Ebolowa : Nextell dans la rue

La propriétaire de l’immeuble occupé par l’agence régionale Nextell pour le Sud à Ebolowa a perturbé le bon déroulement des activités de cette entreprise le 31 Mars 2020. Marie-Danielle Abomo réclame six mois d’arriérés de loyer à l’entreprise de téléphonie mobile.

C’est le divorce complet entre l’entreprise Nextell et la propriétaire de l’immeuble qui abrite ses locaux à Ebolowa. Depuis six mois Marie-Danielle Abomo n’a pas perçue son argent représentant le loyer estimé à date au montant de vingt quatre millions de FCFA. Lasse de négocier avec la Direction Générale de Nextell pour rentrer dans ses droits elle a opté pour la violence dans l’optique de faire entendre sa voix.

D’après Marie-Danielle Abomo propriétaire, « je suis très en colère contre Nextell. J’ai décidé de perturber les activités à Nextell ce matin parce qu’ils me doivent mon loyer. Je n’en peux plus j’ai envoyé des mises en demeure vraiment je n’en peux plus ».

Un contrat à problèmes

Depuis dix ans que ce contrat est en vigueur ce n’est pas le grand amour entre les deux parties. Entre retard de paiement, arrières de versement et non prise en compte des quotas de cinq pour cent en tous points de vue ce n’est pas un long fleuve tranquille.

Épuisée la plaignante demande aujourd’hui une résiliation pure et simple du contrat, « j’ai dis aujourd’hui je suis fatiguée de chercher à trouver un compromis, d’essayer de discuter avec mes locataires ils ne veulent rien faire. C’est de la mauvaise foi. Il faut que Nextell comprenne que je n’ai pas de salaire je ne compte que sur cet argent pour vivre, « précise Marie-Danielle Abomo.

Une situation confuse

Preuves à l’appui la plaignante explique qu’elle a usé à ce jour de tous les recours pour que justice soit faite autour de cette affaire. Les responsables locaux de Nextell n’ont pas jugé nécessaire de donner à la presse locale leur version des faits. L’activité quant à elle reste sérieusement perturbée dans les locaux de Nextell à Ebolowa.

Pour Marie-Danielle Abomo, « je veux une réponse maintenant et aujourd’hui. Je veux qu’ils me payent et qu’ils libèrent mon local parce qu’on ne peut pas continuer comme ça ».

La situation reste donc très tendue au quartier Nko’ovos où le spectacle offert par Marie-Danielle Abomo propriétaire de l’immeuble Nextell continue de drainer un monde impressionnant.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles