Camerounactuel

Dieudonné Essomba : « le Cameroun est tombé dans une trappe bureaucratique »

L’économiste dans une tribune sur son compte Facebook, passe en revue la situation critique du moment dans notre pays.

La pandémie du coronavirus touche de plein fouet le Cameroun. Dans une sortie sur son Facebook,  Dieudonné Essomba critique les nouvelles mesures gouvernementales en la matière. « Bien entendu, quand le Gouvernement engage un projet, on est légitiment en droit de penser qu’il a mené les consultations les plus pertinentes possibles et que sa décision ressort d’une bonne compréhension du problème. Fort malheureusement, les positions du Gouvernement sur certaines problématiques apparaissent souvent contraires à la raison, au bon sens et à la science », déplore ce dernier.

Ainsi, ces postures erronées se retrouvent aussi bien sur le plan politique qu’économique et social. Face à cela, on se retrouve écartelé entre deux postures également embarrassantes.

2 chiffres

Pour lui, « ce dilemme traduit de manière tragique la trappe bureaucratique dans laquelle es tombé le Cameroun. L’expertise est rarement utilisée de manière utile. Ce sont les fonctionnaires qui sont en même temps des experts. Et comme chaque fonctionnaire suit mécaniquement ce que veut son Ministre qu’il tente d’amadouer pour des besoins de promotion, les Ministres eux-mêmes tentant de reproduire mécaniquement la pensée du Chef de l’Etat pour pérennisation à leur poste, nous avons un système qui n’a pas de cerveau ».

De l’avis de  l’économiste, « ce sont les idées de Biya qu’on essaie d’interpréter et qu’on tente de mettre en musique, y compris au mépris des lois scientifiques. Il suffit que le Chef parle de « taux de croissance à 2 chiffres » pour que le pays entier s’emballe, même si personne ne comprend exactement ce que signifie un tel taux. Il faut juste s’agiter, et faire semblant de réaliser ce qu’on en comprend pas soi-même ».

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles