Camerounactuel

Dépravation des mœurs : la prostitution en avant

La prostitution est le fait d’avoir des rapports sexuels, généralement avec des inconnus, contre de l’argent et d’en faire un métier. Elle est d’ailleurs connue comme étant le plus vieux métier du monde. Les pratiquantes de cette activité ont plusieurs dénominations au Cameroun entre autres : Waka, vendeuse de piment, Wolowoss, prostitué de luxe, travailleuse de sexe.

Au Cameroun, vendre son sexe n’est plus un tabou pour les jeunes prostitués. Que ce soit au traditionnel poteau, dans une chambre d’hôtel luxueuse, dans une cité d’étudiante, dans un motel, en pleine rue… ici, tous les moyens sont bons pour avoir de l’argent. Les raisons de cette pratique sont diverses et les moyens d’accès de plus en plus faciles malgré les conséquences funestes que cela comporte.

Les causes de la prostitution Recourir à la prostitution est rarement un choix fait de plein gré ou prémédité. En réalité, plusieurs mécanismes poussent les jeunes filles à la prostitution. On retrouve plusieurs cas à savoir le viol ou l’inceste subit dès le bas âge, les maltraitances physiques et morales, ainsi que les manques affectifs. L’isolement social, les ruptures familiales, et les situations d’errances. Puis les problèmes d’identité et enfin la dépendance aux drogues. Certaines filles se lancent dans cette activité d’une manière consciente. Dans bon nombre de cas, c’est aux femmes que revient le devoir de subvenir aux besoins d’une famille, surtout des enfants dans notre pays. En raison du manque de travail, de formations et la tendance généralisée à considérer le travail féminin comme main d’œuvre, les femmes tombent dans le chômage et la précarité. Le danger de prostitution est donc très fréquent Dans ce cas, la rencontre avec le milieu de la prostitution est donc une solution de facilité et de gain rapide. Les dangers du métier

La prostitution représente une atteinte à l’intégrité du corps pour les femmes qui là subissent. Elle est profondément déshumanisante. Vendre son Corps jour après jour entraîne des effets psychologiques cliniques similaires à ceux observés en terrain guerre d’après Ingeborg Krau, spécialiste du syndrome de choc. C’est pourquoi les prostitués ont un caractère très violent. Leur cerveau se dissocie des sensations, une forme d’anesthésie du corps qui s’accompagne évidemment des troubles affectifs ou psychosomatiques, les traumatismes et l’angoisse extrêmes associée, peuvent alors être déclenchés par n’importe quoi : odeur, image, couleur,,son…
La prostitution aujourd’hui dans notre pays a ravagé la vie de nombreux jeunes (femmes et hommes). Elle constitue le vecteur de nombreuses infections et maladies sexuellement transmissibles. Le taux de transmission du VIH sida est très élevé à cause de ce honteux métier.

De nombreuses jeunes filles s’y retrouvent en proie aux drogues, à l’alcool, et la mort rode autour. La prostitution détruit le vivre ensemble et la cohésion sociale car elle est une menace non seulement pour les jeunes filles elles mêmes, mais aussi au développement de leurs communautés.

C’est donc un défi majeur car ce phénomène affaiblit les efforts du gouvernement Et des organisations concernées dans leur combat d’assurer un service de santé publique de qualité aux populations.

Une loi non appliquée

Le législateur camerounais punit la prostitution. Selon l’article 343 (1) du code pénal, est punie d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amande de 20 000 à 50 000 francs, toute personne de l’un ou de l’autre sexe qui se livre habituellement, moyennant rémunération, à des actes sexuels avec autrui. Dans l’alinéa 2, est puni des mêmes [reines celui qui, en vue de la débiniche, procédé publiquement par des gestes, paroles, écrits ou par tous autres moyens, au racolage de personnes de l’un ou de l’autre sexe. Pourtant dans les faits cela reste non appliqué.

 

Source : Le Point hebdo n°336

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi