Camerounactuel

Culture: Marcel Mvondo II « le revenant » repose à Nkol-Nkeng

L’acteur camerounais a été inhumé samedi dernier dans ce village situé dans la région du Sud.

Après son décès survenu le 15 mars dernier à Yaoundé des suites d’une longue maladie, Marcel Mvondo II l’icône du cinéma camerounais a été inhumée à Nkol-Nkeng dans la région du Sud. C’était, au cours d’une brève cérémonie, sans tambour ni trompette en reconnaissance de sa riche carrière. Covid-19 oblige.

C’était donc loin de ses millions de fans qui inondent la Toile de ses photos depuis l’annonce de son décès, tout en revenant sur ses performances inoubliables dans « Sango Malo », « Le grand Blanc de Lambaréné », « Le silence de la forêt » et « Les femmes et les secrets » de Bassek ba Kobhio, « Pousse-Pousse » de Daniel Kamwa et « Une certaine Afrique » de Jean-Jacques An-naud.

Sans oublier les téléfilms à succès diffusés sur la Crtv au début des années 2000 : « Le revenant » et « Ntaphil » de Yolande Ekoumou Samba.

Cette dernière était d’ailleurs la seule cinéaste qui a pu lui rendre hommage à sa levée de corps vendredi dernier à la morgue de l’hôpital militaire d’Ekou-nou. Marcel Mvondo II a donc quitté la scène comme il a vécu : dans la sobriété.

Né ie 21 juillet 1933 à Nkol-Nkeng, village où il repose depuis samedi, Marcel Mvondo Il a consacré sa vie entière à l’art. Après ses études secondaires aux cours du soir au Collège moderne camerounais et au Collège Madeleine de Yaoundé, il s’est envolé pour la France pour des études de psychologie au Centre Magian de Marseille.

De retour au pays, la tête bien faite, il a été tour à tour chef du Centre provincial de la Culture pour l’Est à Bertoua et dans le Sud. Il a roulé sa bosse pendant un bon bout au Conservatoire populaire de musique et d’art dramatique (COPMAD) et au Centre culturel camerounais de Yaoundé avant d’embrasser le cinéma.

Acteur fétiche de Bassek ba Kobhio, le lauréat de l’Ecran d’honneur des Ecrans Noirs 2003 était l’un des pionniers du cinéma camerounais, et l’un des plus populaires. Il n’a malheureusement pas pu jouir des bénéfices de ses œuvres. Durant sa riche carrière, « Le revenant » a remporté de nombreux prix. Il a notamment été élevé à la dignité de Chevalier de l’ordre de la valeur par le chef de l’Etat en 2018.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles