Camerounactuel

Crises du coronavirus: le Gicam propose des mesures complémentaires

Le Jour

Les premières propositions du Groupement inter patronal du Cameroun au Gouvernement intègrent plusieurs autres mesures.

En l’espace de quelques mois, le coronavirus est devenu une pandémie qui affecte la santé et la sécurité des populations, les activités des entreprises et l’économie des pays dans leur ensemble.

« Le 17 mars dernier, le Gouvernement a annoncé un ensemble de mesures restrictives qui, bien qu’indispensables pour ralentir la propagation du virus, limitent désormais considérablement les marges de manoeuvre opérationnelles des entreprises », constate Célestin Tawamba, le président du Gicam.

Le groupement s’est d’abord félicité de la mise en place du Plan de riposte du Gouvernement avant de d’attirer l’attention du Gouvernement sur la situation et des préoccupations des entreprises au regard des premiers impacts du Covid-19 sur leurs opérations et sur les ménages. Hier 31 mars 2020, le Gicam a mis sur la table des propositions de mesures complémentaires urgentes à prendre.

Au plan fiscal et social , le Groupement souhaite : la suspension des contrôles fiscaux ainsi que le gel des redressements fiscaux en cours; le report, sans pénalités, des délais des Déclarations Statistiques et Fiscales pour autant que les soldes ont déjà été payés le 15 mars au plus tard; l’assouplissement des conditions de délivrance des Attestations de Non-Redevance (ANR); le report du paiement des acomptes de l’impôt sur les Sociétés (IS); le report du paiement de l’impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (IRPP) sur les salaires; le report du paiement des contributions au Crédit Foncier et au Fonds National pour (’Emploi; le report du paiement des cotisations CNPS pour les entreprises dans l’impossibilité de verser des salaires à leur personnel avec cependant le maintien des couvertures CNPS pour les salariés concernés.

Mesures douanières

Au plan douanier, le Gicam veut l’assouplissement des mesures des contrôles (quarantaine de 14 jours) des navires pour les secteurs stratégiques et les produits sensibles (intrants agricoles, produits alimentaires finis et semi-finis, produits pharmaceutiques); la suppression, durant la période de crise, des surestaries et des frais de stationnement liés aux opérations de dédouanement; l’allègement et l’adaptation des procédures liées au dédouanement et au paiement des fournisseurs, notamment pour tenir compte des contraintes liées au confinement en cours dans les pays d’embarcation, de nombreux fournisseurs étrangers étant désormais dans l’incapacité d’accomplir certaines formalités; la suspension des contrôles douaniers après enlèvement.

Au plan monétaire et financier demande L’activation des leviers monétaires pour approvisionner le système bancaire en liquidités (facilitation de l’accès des banques au marché monétaire par la baisse de ses taux d’intérêts, augmentation des plafonds de refinancement; l’accompagnement des banques et établissements fihanciers dans l’octroi des crédits de trésoreries aux entreprises; le gel, par voie règlementaire, des échéanciers de remboursement de crédits et de leasing des entreprises et des particuliers auprès des établissements de crédits, ainsi que la suppression des pénalités et des coûts additionnels y afférents.

Au plan budgétaire il est question d’une accélération des remboursements des crédits de TVA et de la dette intérieure; la suspension des pénalités pour d’éventuels retards dans l’exécution des marchés publics; l’institution d’un Fonds de soutien aux PME et à l’artisanat.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles