Camerounactuel

Covid-19 : le « Njangui » se fait désormais en ligne

La propagation du Coronavirus et les méthodes de prévention recommandées ont grandement affecté le fonctionnement de l’activité d’épargne et de prêt communément appelée « njangui » au Cameroun.

Le « njangui » est une force contraignante importante du peuple camerounais, qui encourage l’autonomisation économique et sociale.

Depuis environ deux semaines maintenant, les groupes de « njangui » qui se réunissaient le week-end et servaient d’occasions de socialisation pour les groupes professionnels et socioculturels se sont tournés vers les plateformes virtuelles.

Les membres communiquent et interagissent désormais par le biais du média social WhatsApp. Ils effectuent également des transferts d’argent en ligne, évitant ainsi tout contact physique.

Le président d’un des groupes socioculturels de Yaoundé appelé Bobuma, Ade Tateh, a fait cette annonce samedi concernant leur réunion du dernier dimanche du mois : « Chère famille, nous sommes tous conscients de la situation non seulement dans notre pays mais dans le monde entier et nous sommes tous encore en sécurité avec nos propres familles et amis.

Pour prendre quelques précautions de ne pas se réunir pour l’instant et pour la proposition de contribuer par le biais du Mobile Money, il n’est pas mauvais que nous le fassions tous de la bonne manière : vous envoyez l’argent au secrétaire financier avec les frais et vous l’appelez pour vous assurer qu’elle a bien reçu l’argent et pour identifier votre nom. Si vous envoyez par votre propre téléphone, appelez-la et assurez-vous de garder le message… ».

C’est le genre d’annonces et de modus operandi de nombreux groupes « njangui » pendant cette période.

Les groupes « Njangui » servent de lieu de détente le week-end, où les membres se rencontrent, partagent un repas commun, boivent, chantent et dansent, puis contribuent financièrement pour s’entraider par des dons et des prêts ou par un soutien social en cas de naissance, de décès ou de promotion.

En raison de l’appel à la distanciation sociale, pour freiner la propagation du coronavirus, les membres fonctionnent désormais en utilisant les outils des médias sociaux, l’argent électronique et d’autres transactions virtuelles jusqu’à nouvel ordre.

Quelques-uns ne peuvent pas résister à la tentation

Un jeune entrepreneur de Yaoundé, Kenneth, dont les activités économiques sont renforcées par des thrifts et des prêts, déclare : « Je ne sais pas comment passer un dimanche sans rencontrer les membres ». « Nous ne sommes que vingt dans notre groupe mais les restrictions du Premier ministre disent 50 personnes. J’irai donc à la réunion et je partagerai « un homme » (qui signifie boire un verre) mais je ne serrerai pas la main et ne m’assiérai pas très près des gens », a-t-il déclaré tout en regrettant les ravages causés par le virus Corona.

Une nouvelle façon de socialiser en ligne

La plupart des membres du « njangui » qui n’étaient pas connectés sur les médias sociaux sont maintenant obligés de le faire car c’est le seul point de connexion pour l’instant. Outre leurs transactions monétaires, ils échangent également des conseils sur la manière d’endiguer la redoutable pandémie, le coronavirus.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles