Camerounactuel

Coronavirus: une aubaine pour les produits locaux

En dépit de la pandémie du coronavirus qui sévit actuellement, de nombreux entrepreneurs locaux parviennent à booster leur production.

Derrière chaque difficulté il y a des opportunités. L’entrepreneur du Made in Cameroon ne devrait pas prendre le Covid-19 comme une justification au relâchement des activités.

Au contraire, c’est le moment de doubler d’efforts ». C’est le leitmotiv de certains entrepreneurs locaux depuis que la pandémie du coronavirus fait rage dans le monde.

Pas question de baisser les bras, « poster les vidéos et photos de vos productions pendant cette période de confinement pour motiver », leur recommande la présidente de l’Association des entrepreneurs ingénieux d’Afrique (Asenia),  Andela Carine.

La pandémie fait certes des victimes, ralentit de nombreux secteurs d’activités oblige même certaines entreprises à fermer les portes, mais selon elle, c’est aussi une occasion pour certains entrepreneurs locaux de se lancer des défis.

Beaucoup ont entrepris de booster leur production même si le problème de financement demeure. L’agro-alimentaire se classe parmi les secteurs les plus sollicités. Pour Marie Antoinette Ondoua, productrice d’aliments fumés, les commandes explosent.

Elle dit n’avoir jamais été autant sollicitée. « Les commandes de poulet, viande, porc et poisson fumés se font par centaines tous les jours depuis trois semaines.

Toutes ces sollicitations proviennent des supermarchés ou de simples clients. Des jus censés apporter vitamines et force en cette période de fragilité sont aussi produits en grande quantité. Notamment ceux de baobab, corossol, citron, orange et ananas. La poudre et de thé au gingembre également.

L’ingéniosité et l’innovation sont aussi mises à profit pour se faire un nom. De jeunes entrepreneurs de l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique de Douala se sont mis à la production de lave-mains.

Ce dispositif est l’une des innovations que présente le Made in Cameroon ces derniers jours. Le dispositif est pratique et simple d’utilisation. De plus, il est stable et évite tout contact manuel avec ses constituants.

Il sera aussi utile pendant la période post-pandémie », explique Achille Désiré Betene Omgba, chef de projet. Même si les finances manquent, les entrepreneurs locaux disent qu’ils se battent pour tirer profit de cette période.

Les cosmétiques ne sont pas en reste. La production de savons et gels antiseptiques à base d’aloès vera, d’huile de neem, de karité, de spiruline et de curcuma a triplé. D’autres entrepreneurs inspirés se sont même mis à la fabrication de cache-nez. Et ça passe.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles