Camerounactuel

Coronavirus/Alerte : en Afrique, les enfants pourraient être plus atteints

Peu touchés par l’épidémie de coronavirus, les bébés et jeunes enfants peuvent néanmoins être des porteurs du virus et vecteurs de la maladie. Les chercheurs sont cependant songeurs sur la situation de ces derniers en Afrique où certaines affections comme la malnutrition et le Vih -facteur aggravant- sont des problèmes de santé publique.

Quel est l’impact de Covid-19 sur les enfants ? Ses symptômes sont-ils différents chez les enfants que chez les adultes ? Les risques sont-ils plus élevés pour les très jeunes enfants ? Ya-t-il des dommages durables ? Morceaux choisis de questions posées au professeur Karen Kotloff de la faculté de médecine de l’Université du Maryland, spécialiste des maladies infectieuses et de la pédiatrie, par des journalistes au cours d’une conférence en ligne modérée par Jôyce Barnathan.

En gros l’on retient de cet entretien que les symptômes présentés par les adultes sont les mêmes chez les enfants. A savoir : Fièvre, toux, courbature, fatigue, vertige, maux de tête, quelquefois diarrhée… Egalement, affirme l’expert, les enfants sont toutefois moins affectés que les adultes. En effet, seulement 2% des personnes contaminées dans le monde par le coronavirus sont des enfants ou des adolescents.

En France, aucune forme sévère, aucune hospitalisation, ni décès n’est à déplorer chez les moins de 12 ans », indique le Dr Fabienne Kochert, pédiatre et présidente de l’Association de formation professionnelle en pédiatrie (AFPA), à nos confères de https://sante.journaldesfemmes.fr Une publication récente dans la revue Pediatrics fait état de 2 143 cas en Chine dont 125 cas graves mais seulement 18 critiques et 1 seul décès, rapporte la pédiatre.

Selon qui la majorité des enfants infectés par le nouveau coronavirus sont peu symptomatiques et peu contagieux. Ils consulteront en cabinet médical pour des infections respiratoires peu sévères. Certains cependant « peuvent être porteurs sans développer aucun symptôme » et donc potentiellement contagieux, soit avant l’apparition des signes cliniques, soit en phase de guérison. Ils sont alors « vecteurs de (a maladie et peuvent contaminer leur entourage », prévient la spécialiste. D’où la recommandation du gouvernement d’éviter qu’ils ne soient en contact avec des personnes fragiles (système immunitaire affaibli) et âgées pour ne pas les contaminer.

Malnutrition chronique

En Afrique, cependant, la situation risque d’être un peu différente. En réalité, se prononçant sur cette question, professeur Karen Kotloff émet des réserves en raison souligne-t-elle de facteurs aggravants de la maladie dont l’une des manifestations est la détresse respiratoire. La spécialiste cite en effet la présence du VIH et de la malnutrition qui affectent sérieusement le système immunitaire de leurs victimes.

Or ces affections sont de véritables problèmes de santé publique sur le continent noir. Au Cameroun par exemple, il ressort de la cinquième Enquête de démographie et de santé (EdsCV) 2018 que 29% des enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance où sont atteints de malnutrition chronique et 14% ont un retard de croissance sévère.

Les garçons (31%) sont plus affectés que les filles’(27%). Les enfants des zones rurales quatre fois plus que ceux du milieu urbain (Douala e: Yaoundé) notamment. Au niveau régional. l’Est (37%), l’Extrême-Nord (37%) et te Nord (41%) enregistrent les taux les plus élevés. Il est donc dans l’intérêt de tous de limiter la propagation du virus en respectant les consignes et mesures d’hygiène édictées par les pouvoirs publics et l’OMS. L’intégralité de cet entretien sur: https://web.facebook.eom/stella.s.roque /videos/10102813062177715/

Source: Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles