Camerounactuel

Cameroun : l’Ong américaine Human Rights Watch accuse Yaoundé de profiter du coronavirus pour régler les comptes de Maurice Kamto

L’Organisation non gouvernementale dénonce, des manœuvres qui visent à empêcher les actions de ce parti politique de l’opposition.

Human Rights Watch (Hrw), l’organisation non gouvernementale vient encore de charger le régime de Yaoundé. En effet, l’Ong accuse le gouvernement camerounais de vouloir utiliser le coronavirus pour régler ses comptes à l’opposant Maurice Kamto, qui vient de mettre sur pied avec ses alliés Survie Cameroon Survival Initiative (SCSI), pour porter assistance aux populations. Et c’est l’italienne, Ilaria Allegrozzi, la chercheuse senior sur l’Afrique Centrale, qui est monté au créneau.

L’Ong dénonce l’arrestation ce lundi 11 mai 2020, de six volontaires de Survie Cameroon, accusés de rébellion alors qu’ils distribuaient des masques et des gels hydroalcooliques aux populations. «S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à quatre ans de prison», regrette l’Ong. Elle  est contre le refus du don du Mrc par le ministre de la Santé Publique, Manaouda Malachie.

Paul Atanga Nji

Un don constitué de 16 800 masques de protection et chirurgicaux, ainsi que 950 tests de dépistage du COVID-19, au motif que Scsi qui était porteur de ces kits, n’était pas légalement reconnu par les pouvoirs publics. L’Ong américaine, est contre la posture de Paul Atanga Nji, le ministre de l’Administration territoriale, qui vise l’interdiction de toute initiative de collecte de fonds au détriment du Fonds de solidarité mis sur pied par Paul Biya, le président de la République.

«Distribuer des masques gratuits à ceux qui en ont besoin n’est pas un signe de rébellion et ne devrait certainement pas conduire à des incarcérations. Les autorités camerounaises semblent davantage soucieuses de vaincre l’opposition que de protéger la santé publique», dénonce HRW. Yaoundé n’a pas encore fait une communication officielle face à cette sortie de l’Ong américaine.

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles