Camerounactuel

Cameroun – limogeage d’Agbor Balla de l’université de Buéa : Human Right Watch pense que Yaoundé veut tuer le débat sur la crise Anglophone

A en croire le directeur d’Afrique centrale de l’Organisation non gouvernementale Human Rigth Watch, le renvoi de l’enseignant de l’université de Buéa est une grave entrave à la liberté d’expression.

L’Ong américaine Human Rights Watch vient en effet de faire une sortie sur le limogeage de Me Agbor Balla de  l’Université de Buea. On reproche à l’enseignant d’avoir donné à ses étudiants un sujet sur la crise anglophone. Après cela, le ministre de l’enseignement supérieur demande son renvoi. Une posture qui choque l’opinion internationale. Selon Lewis Mudge, le directeur Afrique Centrale de l’ONG, le Cameroun veut réduite au silence toutes les voix qui disent ce qui se passe dans les régions anglophones.

« Le limogeage d’Agbor Balla est une nouvelle étape dans les efforts du gouvernement pour réduire au silence les débats sur ce qui se passe dans les régions anglophones. Le plus problématique est qu’elle suit la directive du ministre. L’Université de Buea devrait défendre le principe de la liberté d’expression au lieu de contribuer aux efforts du gouvernement pour la réduire au silence », commente Lewis Mudge, à Rfi, une radio française.

Maurice Kamto

Dans cette lancée, l’homme est offusqué par la volonté de Yaoundé de taire tous ceux qui parlent de la crise anglophone.  « Cette action correspond à une tendance du gouvernement où les défenseurs des droits de l’Homme ou les médias indépendants sont étouffés au lieu de discuter ou d’analyser des choses considérées sensibles au Cameroun, comme par exemple le procès contre Maurice Kamto ou bien les crises dans la région anglophone ».

C’est le 2 juin 2015 que Felix Nkongho Agbor Balla a rejoint l’Université de Buea. C’est un conseil de discipline qui a étudié le cas l’avocat.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles