Camerounactuel

Cameroun : l’entreprise de télécoms Nextell bientôt traînée en justice pour filouterie de loyer

Dans l’affaire qui l’oppose au propriétaire de l’immeuble qu’il occupe à Ebolowa, l’entreprise de téléphonie mobile a préféré libérer les lieux en catimini. La bailleresse a fait constater les dégâts sur le bâtiment par un huissier de justice le 23 Avril 2020 et menace de porter plainte à Nextell.

Entre Nextell et Marie-Danielle Abomo propriétaire de l’immeuble de l’agence régionale d’Ebolowa rien ne va plus et rien ne sera plus comme avant. Les deux parties se sont séparées pratiquement en queue de poisson. Le représentation régionale de Nextell a libéré les locaux de Marie-Danielle Abomo qu’elle occupait au quartier Nko’ovos à Ebolowa mais en laissant le bâtiment dans un état piteux.

Pour Marie-Danielle Abomo propriétaire du local, « l’immeuble est totalement dégradé totalement abîmé. Je reviens à la charge pour interpeller un grand homme un homme de valeurs un homme de foi Baba Danpullo qui je suis sûre n’est pas au courant de cette situation ».

Les faits

Depuis six mois Marie-Danielle Abomo réclame le paiement contractuel du loyer à la direction générale de Nextell. Ceci pour un montant global de vingt quatre millions de FCFA. Le 31 Mars 2020 lasse de supplier et de négocier elle a manifesté publiquement devant l’immeuble Nextell perturbant au passage le déroulement des activités de cette entreprise.

Une suite qui s’annonce mouvementée

C’est le 15 Avril 2020 que la représentation régionale de Nextell du Sud a quitté les locaux pour s’installer au quartier Angale. Mais une inspection faite par Marie-Danielle Abomo sur les locaux lui a fait couler des larmes. Le constat est triste et amer.

Peinture endommagée, portes à grilles cassées, installations électriques défaites,sanitaires déplacés, cabines de douches endommagées bref le bâtiment est entièrement dégradé. Le bâtiment flambant neuf que Nextell a intégré il y’a dix ans est en ruine, l’ombre de lui-même. Le manque à gagner est énorme, la propriétaire a requis l’expertise d’un technique en bâtiment pour évaluer les pertes.

« Il faut que Baba Danpullo prenne conscience qu’il envoie une équipe à Ebolowa pour regarder l’immeuble qu’ils ont loué pendant dix ans et dans quel état ils l’ont laissé », explique Marie-Danielle Abomo.

Un sale temps s’annonce donc entre les partenaires d’hier. Vivement qu’un terrain d’entente soit vite trouvé pour tourner la page et passer à autre chose.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles