Camerounactuel

Après 7 ans d’hibernation, le Cameroun veut relancer le projet de basculement vers la TNT en 2023

«Le Gouvernement va s’atteler à la poursuite du projet de réhabilitation technique de la CRTV et la relance du projet de démarrage de la TNT dans le cadre d’une gestion intégrée. Il sera également question de redimensionner ce projet et, surtout, de rechercher les financements nécessaires à sa mise en œuvre».

Ces mots sont ceux du Premier ministre, Joseph Dion Ngute. Le chef du gouvernement les a prononcés à l’Assemblée nationale le 25 novembre 2022, alors qu’il détaillait les actions prioritaires que compte mettre en œuvre l’administration dont il a la charge dès l’année prochaine.

Comme on a pu le lire plus haut, l’Etat veut, dans le domaine spécifique de la communication, exhumer le projet de basculement de la télévision analogique vers la Télévision numérique terrestre (TNT), aux oubliettes depuis 2015. Bien qu’il ait identifié comme actions prioritaires, le redimensionnement du projet et la recherche de financements, Joseph Dion Ngute a été très peu disert sur les principales initiatives qui vont meubler ce processus de relance.

Toutefois, en attendant l’élaboration d’un cadre d’action bien détaillé, la GSM Association (Global system for mobile communication), une association internationale représentant les intérêts de plus de 750 opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile de 220 pays à travers le monde, a tenté de répertorier les faiblesses qui retardent depuis des années, la concrétisation du projet de basculement vers la TNT.

Dans un rapport publié en octobre 2022, cette dernière convoque notamment l’inexistence d’un calendrier clair, sur l’extension de la couverture de la télévision numérique terrestre. «Le Cameroun a connu des difficultés liées à l’absence d’un calendrier clair, qui retrace les différentes étapes du projet, du début du basculement jusqu’à l’achèvement», peut-on lire dans ce rapport. Gsma déplore également le manque de coordination entre le gouvernement, les diffuseurs et les opérateurs mobiles, ainsi que la multiplication des acteurs intervenant dans le processus de basculement vers la TNT.

Pour mémoire, la mise en œuvre du projet de basculement de l’analogique au numérique au Cameroun a été instruite par le président de la République en 2009, trois ans après l’accord de Genève (Suisse) de 2006, signé à l’initiative de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Les pays africains avaient jusqu’au 17 juin 2015 pour s’arrimer à cette technologie qui offre une plus grande ouverture au marché et surtout, qui booste les capacités de production en termes de chaînes à diffuser. Cette migration incluait aussi la réhabilitation de la Crtv qui disposait depuis plusieurs années d’un outil obsolète, pour un coût global de 110 milliards de FCFA. Plus de 10 ans après, le projet a à peine passé le stade de la simple évocation.

Eco Matin

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi