fbpx

Cameroun Actuel

 Appel à une exception nationale : La Société Générale quitte le Cameroun

Appel à une exception nationale : La Société Générale quitte le Cameroun

Dans une lettre adressée au Premier Ministre, Son Excellence Monsieur Joseph Dion Ngute, le Médiateur Universel et Président de la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination (COMICODI), ainsi que Président du Mouvement Populaire pour le Dialogue et la Réconciliation (MPDR), exprime une profonde inquiétude face au départ annoncé de la Société Générale du Cameroun. Cette banque française, opérant dans le pays depuis plusieurs années, envisage de se désengager, suscitant des préoccupations quant à l’impact sur l’économie nationale et la nécessité d’une approche privilégiant les investisseurs nationaux.

Le Médiateur Universel souligne que le départ de la Société Générale s’inscrit dans une tendance observée dans d’autres pays africains où elle est implantée, une tendance qui semble découler de arrangements économiques hérités de l’histoire coloniale. Cette décision de départ, présentée comme une cession à de potentiels repreneurs, suscite des interrogations quant au choix des nouveaux investisseurs et à la préservation des intérêts nationaux.

Le principal point soulevé dans la lettre est celui de l’importance de favoriser les investisseurs nationaux dans le processus de cession. Le Médiateur Universel insiste sur le fait que le Cameroun dispose désormais de capitaines d’industries locaux, financièrement solides et aptes à reprendre des entreprises de grande envergure. Il rappelle avec amertume les précédents cas de cessions d’entreprises importantes à des investisseurs étrangers, des décisions qui ont suscité des réactions négatives au sein de la population.

L’argumentaire du Médiateur Universel repose également sur le concept d’exception nationale, qu’il considère comme une tendance émergente dans le monde des affaires internationales. Il fait référence à la crise financière mondiale de 2008 pour illustrer les limites du dogme de la libre entreprise et souligne que même les pays prônant ce modèle ont dû recourir à des mesures de nationalisation pour protéger leurs économies.

Le Médiateur Universel en appelle au Premier Ministre pour que soit privilégiée l’exception nationale dans le processus de cession de la Société Générale. Il exprime sa confiance dans les engagements du Chef de l’État et rappelle que cette approche est conforme à une évolution des pratiques économiques internationales. Il souligne que la Société Générale, si elle doit partir, devrait être acquise prioritairement par des investisseurs camerounais.

En attendant une décision officielle, cette lettre met en lumière les préoccupations quant à la politique d’investissement étranger et souligne l’importance de protéger les intérêts économiques nationaux dans un contexte où les entreprises étrangères sont de plus en plus présentes sur le marché camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi