fbpx

Cameroun Actuel

« Un phénomène de mode » : Calixte Beyala tire sur Djaili Amadou Amal

Dans une publication Facebook, Calixte Beyala ne reconnait pas Djaili Amadou Amal comme une vraie auteure de livre.

Tous bons amoureux de littérature camerounaise connait la langue bien pendue de Calixte Beyala. Elle ne mâche pas ses mots. Cette fois, elle a fait une publication incendiaire où elle choisit les « vrais » auteurs camerounais.

« Si on me demandait quels sont les grands noms de la littérature camerounaise en tant que romancière je dirai : Ferdinand Oyono, Mongo Beti, Leonora Miano, Patrick Nganang, Gaston Paul Effa, Gaston Kelmann, Ngeng, Bia, Dr Assana Ibrahim, Eugène Ebodé, Pabe Mongo. Je ne parle pas ici d’essayistes, mais de vrais auteurs qui manient réellement lalangue avec dextérité et savoir faire, pas un phénomène de mode. Cette liste n’est pas exhaustive mais met en exergue les auteurs les plus importants, les incontournables. » a-t-elle écrit.

Une belle liste de nos grands noms de la littérature qui jusque là ne présente pas de problème. Mais les réponses de dame Beyala dans les commentaires sont moins complaisants.

A la question d’un internaute de savoir où elle même se situe dans la littérature camerounaise, elle dira: « Il va de soi que je suis la meilleure, sans prétention », et par la suite, elle est interpellée sur l’absence du nom de Djaili Amadou Amal dans sa liste: « Quand on parle de vrais écrivains, on parle de vrais écrivains ! un écrivain est celui qui écrit lui-même ses oeuvres » explique Calixte Beyala.

Djaili Amadou Amal n’aurait-elle donc pas écrit ses propres oeuvres? Après avoir remporté le prix Goncourt des Lycéens, ainsi qu’un doctorat honoris causa à la Sorbonne Nouvelle, Djaili a bien le vent en poupe. Mais si Calixte Beyala considère que c’est un effet de mode, va savoir pourquoi. Rivalité ou révélation, vous en pensez quoi mes gens?

People 237

1 réflexion sur “« Un phénomène de mode » : Calixte Beyala tire sur Djaili Amadou Amal”

  1. Jacques Simon MPOUMA

    Je pense que Calixte Beyala est aigrie du succès de Amadou Amal. D’abord en faisant le listing de ses #grands ecrivains#, elle commet des confusion de genre.

    Sauf si je me trompe, c’est plutôt elle, qui est passée au tribunal pour PLAGIAT. L’affaire a fait grand bruit.
    Depuis près d’une décennie, elle n’a rien pu écrire, préférant ressasser son passé glorieux et frustrer les nouvelles étoiles montantes de la Littérature.

    Je crois très sincèrement, qu’elle devrait encourager ses cadets, devenir une source d’inspiration et un modèle pour les ecrivains en devenir.

    Amadou Amal que je ne connais pas personnellement, mais dont j’ai lu le chef d’œuvre, moi-même étant un féru de l’ecriture, n’a pas besoin de faire écrire écrire son livre par quelqu’un d’autre.Elle dégage la même puissance que ses héroïnes. Elle n’a pas besoin d’être applaudie, mais seulement d’être écoutée.

    La force de son œuvre provient de la cause qu’elle défend, et le monde entier est sensible aux causes nobles.

    Parlant de son style, je dirais qu’il est accessible, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a pu toucher à la sensibilité des élèves français au point de lui décerner le prestigieux goncourt des lycéens. On pourrait citer avant elle, Gael Faye, Leonora Miano, David Diop, qui sont dans le même registre, avec des axes différents.

    Modestement, le Cameroun n’a pas plus de 10 écrivains en vue à l’heure actuelle, c’est grave pour un pays de plus de 25 millions d’âmes. C’est à peine si on publie plus de 15 livres par an. À titre de comparaison, la France publie plus de 2000 nouveaux livres chaque année.

    Il y a donc de la place pour tout le monde et beaucoup d’avenir pour le secteur.

    Djaïli Amadou Amal, écrit avec le cœur, le style se bonifie avec le temps…

Laisser un commentaire

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

%d blogueurs aiment cette page :