Camerounactuel

Tueries de Boko Haram : les populations de Koza manifestent devant la sous-préfecture

Ils réagissaient à une nouvelle attaque de la secte islamiste qui a fait quatre morts la nuit précédente. Les populations en colère sont reparties après que les autorités administratives les eussent assurés du renforcement de la sécurité dans leur arrondissement.

Les populations de Koza n’en peuvent plus. Confrontées à des attaques répétées de la secte islamiste Boko Haram, elles ont crié leur ras-le-bol ce samedi dans l’enceinte de la sous-préfecture de leur arrondissement. « En colère, les populations de Moutchikar et celles de Koza ont décidé de se déporter à la sous-préfecture de Koza pour exprimer leur raz-le-bol devant les autorités administratives », rapporte l’agence de presse chinoise Xinhua. Qui ajoute que celles-ci « les ont assurés que des mesures seraient prises pour renforcer la sécurité dans l’ensemble de l’arrondissement ».

La grogne des populations de l’arrondissement de Koza a été suscitée par l’épisode tragique de la nuit dernière. Xinhua, citant un responsable de comité de vigilance local indique qu’ « au moins quatre personnes ont été tuées dans la nuit du vendredi à samedi dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord ». La même source indique que cette attaque a été perpétrée par les terroristes de Boko Haram à Moutchikar, une localité dans l’arrondissement de Koza.

« Ils étaient très nombreux comme d’habitude et ont pris par surprise les populations pendant leur sommeil. Pris de panique, les villageois ont accouru pour se réfugier vers la montagne et la brousse. Et c’est pendant cette débandade générale que quatre personnes sont tombées sous les coups de feu ennemis. En plus des morts, il y a également eu des blessés qui ont été pris en charge dans la formation sanitaire locale, » témoigne l’informateur de l’agence Xinhua.

Celle-rappelle que depuis quelques mois, en dépit de l’intensification des mesures de sécurité annoncées récemment par le ministre délégué à la présidence chargé de la défense Joseph Beti Assomo alors en visite dans la région de l’Extrême-Nord. Notre confrère constate que « les attaques lancées par Boko Haram visant les villageois sont toujours récurrentes ».

CIN

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi