fbpx

Cameroun Actuel

Pascaline Bongo relaxée des accusations de corruption par la justice française

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu son verdict dans l’affaire impliquant Pascaline Bongo, aînée du défunt président gabonais Omar Bongo. La relaxe a été prononcée lundi 22 avril, mettant fin à des années de procédure.

Pascaline Bongo était accusée de corruption passive d’agent public étranger au début des années 2010 au Gabon. Les accusations portaient sur des allégations selon lesquelles elle aurait accepté des rétrocommissions de 8 millions d’euros en échange de son intervention en faveur de la société française Egis Route pour l’attribution de marchés publics.

Aux côtés de Pascaline Bongo, d’autres personnalités étaient également impliquées, dont la société Egis et trois de ses anciens cadres, ainsi que l’homme d’affaires gabonais Franck Ping et l’avocate Danyèle Palazo-Gauthier. Tous ont été relaxés par le tribunal.

La décision du tribunal s’est appuyée sur le fait que, lors des faits reprochés, Pascaline Bongo n’occupait pas une fonction lui permettant d’attribuer le marché en question. De plus, aucune preuve n’a été présentée démontrant une intervention de sa part dans ce sens. Le délit de trafic d’influences d’agent public étranger n’existait pas au moment des faits, selon la présidente du tribunal.

L’avocate de Pascaline Bongo, Me Corinne Dreyfus-Schmidt, a salué cette décision comme une victoire du droit, soulignant que le tribunal a correctement évalué la situation et a dépassé les considérations d’opportunité qui avaient conduit à l’inculpation initiale par le parquet.

Cette relaxe met un point final à cette affaire qui a attiré l’attention pendant des années, marquant un tournant dans le parcours judiciaire de Pascaline Bongo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi