Camerounactuel

Coronavirus : le Gabon libère des prisonniers camerounais

Des camerounais ayant bénéficié de la grâce du président Ali Bongo sont arrivés à Kye-ossi le 14 Avril 2020. Ils ont été mis en quarantaine en observation en attendant les résultats de leurs testing.

Selon le préfet du département de la Vallée du Ntem, Bouba Haman, une vingtaine de personnes supposées de nationalité camerounaise ont été accueilli à la frontière avec le Gabon au niveau de Kye-ossi le 14 Avril 2020.

Des camerounais qui ont été visiblement refoulés parce-qu’elles étaient toutes détenues dans les prisons gabonaises. Dans ce pays voisin des mesures avaient été prises pour élargir certains détenus. Selon Bouba Haman le préfet du département de la Vallée du Ntem  » mais les prisonniers de nationalité camerounaise ont été refoulés pour qu’elles regagnent leur territoire « .

Un rapatriement forcé ?

Mais l’autorité administrative rappelle que seuls deux d’entre elles détiennent leurs cartes nationales d’identité. Les investigations sont en-cours pour déterminer avec exactitude si les dix huit autres sont véritablement des camerounais. D’après les visites préliminaires aucun de ses voyageurs ne présente des signes cliniques inquiétants.

Des mesures préventives

Les autorités au niveau de la zone frontalière ne veulent prendre aucun risque. A Kye-ossi la menace a été tout de suite été circonscrite. Cette situation vient créer la psychose dans la ville aux trois frontières. Selon Jean-Marie Zue Zue le Maire de la commune de Kye-ossi, « nous avons reçu des instructions du préfet qu’on les retienne pendant quatorze jours en confinement,question de voir le comportement des uns et des autres s’ils traînaient des maladies ».

Kye-ossi vit donc cette autre situation alors même que le rouleau compresseur de la lutte contre le covid-19 était déjà déroulé. Mais il faut le dire la riposte contre la pandémie à Kye-ossi ne prend pour autant pas de coup.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles