fbpx

Cameroun Actuel

Nouvelle affaire « KSA » : la Fécafoot réfute les accusations de Gilbert Kadji

Gilbert Kadji

La nouvelle affaire « KSA » connaît un rebondissement important. Les allégations portées contre la Fécafoot par le président de la Kadji Sports Academy (KSA), Gilbert Kadji, sont fausses et non fondées, a réagi l’instance de Tsinga dans un récent communiqué.

En effet, Gilbert Kadji a été suspendu de toutes activités liées au football pour les cinq prochaines années. Cette décision fait suite au forfait général de son club, constaté par la commission régionale d’homologation.

Face à la presse jeudi, Gilbert Kadji a informé que sur les 54 licences demandées, l’Académie n’en a reçu que 11. Cette situation a empêché le club de continuer à disputer ses matchs, comme l’a constaté la commission régionale d’homologation du Littoral. Frappé d’une suspension de cinq ans et d’une amende de cinq millions de FCFA à verser à la Fécafoot, Gilbert Kadji a exprimé son incompréhension, allant jusqu’à alléguer un règlement de comptes. Selon lui, il y aurait une volonté de nuire à la KSA. Il a dénoncé des tracasseries venant de la Fécafoot, des accusations graves qui ont secoué la sphère sportive, compte tenu de l’importance de la KSA, formatrice de Samuel Eto’o, dans l’histoire du football camerounais.

Face à ces allégations, la Fécafoot, par le biais de son Secrétaire Général, a clarifié la situation. Blaise Djounang a fourni des éléments de réponse, affirmant que Gilbert Kadji a avancé des accusations non fondées concernant les licences de son club.

« Au terme des vérifications d’usage et après traitement, il s’est avéré que seuls 11 dossiers étaient conformes aux règlements. Aussi, les services compétents de la Fécafoot ont procédé, en date du 19 avril, à la délivrance de 11 licences. Ce même jour, le club KSA de Douala a été notifié, via son compte FIFA Connect, du rejet des 43 autres dossiers », a souligné le SG de la Fécafoot.

43 Dossiers de la KSA Rejetés par la Fécafoot : Les Motifs

Les motifs de ces rejets massifs sont divers :

– Carte nationale d’identité de joueur non légalisée ;
– Carte nationale d’identité de parent non légalisée (pour les mineurs) ;
– Absence de carte nationale d’identité de joueur ;
– Carte nationale d’identité de parent illisible ;
– Formulaire d’enregistrement non conforme ;
– Absence de reçu de paiement des frais de licences ;
– Absence de certificat national de transfert (pour les joueurs en provenance d’autres clubs) ;
– Certificat médical illisible.

Concernant la non-délivrance du Certificat International de Transfert (CIT) de Rony Ulrich Jordan Mimb Baheng, la fédération a précisé qu’elle avait informé la KSA des motifs de cette décision.

Cette clarification de la Fécafoot met en lumière les raisons administratives et réglementaires derrière les décisions prises, soulignant l’importance de respecter les procédures établies pour garantir l’équité et le bon fonctionnement des compétitions sportives.

Fécafoot, Cameroun Actuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi