Camerounactuel

Non respect du confinement: un bar en paye le prix à Mfou

Le débit de boisson dénommé « Sun City », a été fermé lundi par le préfet du département de la Mefou et Afamba, pour fonctionnement au-delà de 18 heures.

L’heure n’est plus à la tolérance.

Encore moins à la négligence.

Le gouvernement a prescrit des mesures drastiques pour éviter la propagation du Covid-19 à travers le pays et tout le monde est appelé à les respecter. Notamment, celle imposant la fermeture des débits de boisson à partir de 18 heures.

Cependant, alors que certains s’at-tèlent à respecter ces mesures sont salutaires pour l’ensemble de la population, d’autres brillent par l’incivisme. Et les sanctions commencent à tomber.

Dans un communiqué signé le 23 mars dernier, Emmanuel Mariel Djik-dent, préfet du département de la Mefou et Afamba frappe un contrevenant : le débit de boisson dénommé « Sun City ».

La structure est close temporairement pour une durée de 60 jours à partir de la date de signature de l’arrêté préfectoral pour trois raisons. A savoir : « fonctionnement au-delà de 18 heures, non-respect des prescriptions gouvernementales pour la lutte contre le Covid-19, rébellion et violence verbale de la tenancière sur les forces de maintien de l’ordre. »

L’article 2 précise que le sous-préfet de l’arrondissement de Mfou, le commandant de compagnie de gendarmerie et le commissaire de sécurité publique de Mfou sont chargés de l’exécution « immédiate » de la déci sion du préfet.

En cas de récidive ou de non-respect de la période de cessation d’activité prescrite, la fermeture définitive sera prononcée sans autres mesures.

Toujours dans le cadre de l’application des mesures prises par le gouvernement pour la prévention du coronavirus, l’archevêque métropolitain de Yaoundé a aussi signé une lettre circulaire le 23 mars.

Mgr Jean Mbarga fait savoir que « les célébrations liturgiques et particulièrement eucharistiques publiques sont à sursoir jusqu’à nouvel avis. Les prêtres célébreront sans le peuple de Dieu mais en communion avec lui. »

L’archevêque réitère aussi la possibilité de retransmission de ces célébrations dans les médias et réseaux sociaux. Non sans demander aux prêtres, aux communautés religieuses et aux fidèles laïcs de maintenir allumée la flamme de la prière.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles