Camerounactuel

Nécrologie : mort du président de l’Eglise évangélique du Cameroun

Le pasteur Hendje Toya a succombé dans la nuit du 15 juin dernier à un malaise survenu chez lui à Melong, dans le Moungo.

Ambiance lourde à la direction générale de l’Eglise évangélique du Cameroun (Eec), ce 15 juin après l’annonce de la mort du pasteur Hendje Toya, qui avant sa disparition était le président de cette assemblée chrétienne. Il est 10h30. Une demi-douzaine de personnes à bord de leur véhicule, tentent de se frayer un espace à la cour arrière de cette Eglise du centenaire de l’Eec.

Une fois leur engin garé, ils en sortent le visage fermé. Ces chrétiens qui pour la majorité reviennent de la morgue de la Garnison militaire de Douala – Bonanjo, n’en reviennent toujours pas. Dans le hall arrière de ce bâtiment, ils devisent sur les circonstances du décès de ce pasteur qui les a quitté il y a quelques heures.

D’après ces derniers, le drame est survenu dans la nuit de mardi à mercredi, aux environs de 1 h du matin alors qu’il s’e trouvait dans sa résidence de Melong, dans le département du Moungo.

« La veille, mardi soir, il a fait une partie de sport. Avant le coucher il a mangé à table avec son fils et d’autres membres de sa famille. Puis, il a été le premier à aller au lit. Son fils affirme avoir écouté des bruits dans la chambre de son papa. Une fois allé voir ce qui n’allait pas, il dit l’avoir trouvé en train de suffoquer. Selon lui, il se tenait la poitrine et disait ressentir une très forte sensation de chaleur au niveau du cœur. Une infirmière est arrivée, ne pouvant pas grand-chose, il a été transféré à l’Hôpital régional de Nkongsamba où il est décédé », témoigne une dame d’après qui le révérend pasteur Samuel Hendjé Toya a succombé à un accident vasculaire cérébral (Ave).

Le décès constaté, la dépouille a immédiatement été transportée dans la ville de Douala et déposée à la morgue de la Garnison militaire où de nombreux chrétiens ont afflué afin de se rendre compte du décès effectif de celui qui a été pendant quatre ans, le président-de l’Eec.

Élu président de l’Eglise évangélique du Cameroun au cours du synode du 23 avril 2017 à Ngaoundéré, le désormais regretté pasteur Hendje Toya a eu une présidence tumultueuse. Au lendemain de son élection, son vis-à-vis, notamment le pasteur Richard Priso Moungolè conteste sa légitimité.

Celui qui succédait à Isaac Batomen se voit rejeter par une frange des fidèles qui dénonçait par ailleurs le principe de rotation de la présidence, entre les régions. Une crise portée devant les instances judiciaires par la partie contestataire de l’élection qui saisit le juge des référés près le Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo.

Dans son verdict, le Tpi ordonne la suspension des effets du processus électoral, et particulièrement toute exercice de fonction des dirigeants élus de l’Eec dans l’attente de l’issue définitive de la procédure en annulation intentée par les demandeurs par devant le Tribunal de grande instance du Wouri. Las de cette crise qui n’en finissait pas, Hendje Toya démissionne finalement le 15 décembre 2021. Un comité provisoire de gestion est mis sur pied avec à sa tête, le pasteur Emmanuel Djik, lui aussi décédé, il y a quelques semaines.

Mutations

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi