Camerounactuel

Lutte contre coronavirus: « Les mesures d’hygiène sont obligatoires »

Dr Michel Franck Edzamba, médecin chef du centre médical d’arrondissement de Campo.

Campo est une ville frontalière. Peut-on dire qu’elle est aussi une porte d’entrée du Covid-19 ?

Campo, l’une des portes d’entrée et de sortie du Cameroun, est dans la lutte contre le Covid-19 depuis que l’OMS a pris l’épidémie comme une urgence de santé publique, de portée internationale. Partageant la frontière avec la Guinée équatoriale, le ministère de la Santé publique avait alors mis en œuvre certaines stratégies qui sont arrivées au niveau opérationnel.

C’est donc depuis plus d’un mois que nous respectons certaines mesures préventives ici à Campo. Au niveau de la frontière, des listes des voyageurs étaient dressées. Que vous soyez camerounais ou pas, tout passant à Campo faisait un tour au centre médical où nous avions alors tenu des réunions avec le personnel.

De nombreux cas testés positifs au Cameroun. Campo aurait-il des cas suspects ? Depuis l’annonce par le gouvernement camerounais de la présence du Covid-19 dans notre pays, à Campo, les mesures d’hygiène sont obligatoires. Ce n’est plus l’affaire des passants uniquement, comme ce fut le cas en fin janvier.

Toute personne venant de Yaoundé, Douala ou d’ailleurs doit être contrôlée. Pour cela, nous travaillons en étroite collaboration avec la police et la gendarmerie. Si au départ les populations ont été réticentes, ces jours, elles appliquent les prescriptions du gouvernement.

Je suis moi-même sur le terrain tous les jours pour la sensibilisation. La meilleure arme contre l’infection au Covid-19 est la prévention. Je rassure que pour le moment, nous n’avons aucun cas de coronavirus suspecté à Campo. Au cas où il y en aurait, des dispositions ont été prises.

Quelles sont ces dispositions ?

Nous avons déjà prévu une salle d’isolement. Elle compte six lits. Le patient ne sera pas pris en charge par nos services locaux. Mais, en attendant son évacuation à Kribi ou ailleurs, qui se fera le plutôt possible, parce qu’une équipe d’intervention rapide sera dépêchée, nous lui donnons le nécessaire. Notre centre médical n’est pas un centre de prise en charge.

Pour cette autre raison, nous sensibilisons beaucoup. Tous les services publics ont reçu des seaux à robinet, du savon et des flacons de gel hydro alcoolique. A la gare routière, l’unique lieu d’attroupement à Campo, nous organisons régulièrement des séances d’éducation : Comment se laver les mains ? Et nous ne cessons de présenter les dangers du Covid-19.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles