Camerounactuel

Litige foncier à Yassa : 20 millions de Fcfa mobilisés pour salir Ivaha Diboua et des personnalités politiques du Wouri

Devenu un haut lieu de malversation foncières, le département du Wouri n’en finit plus d’en produire à l’instar de cet autre litige qui mettrait aux prises un fils du terroir et certaines personnalités publiques dudit département.

Pensant jouer sur la corde sensible de son appartenance au groupe sociologique dominant dudit département, sieur Gabriel Kondo Ebelle n’a pas hésité de traîner dans la gadoue de hauts dignitaires de la république en insinuant qu’ils auraient indignement acquis des parcelles dans son domaine d’une contenance superficielle de 4,5 hectares au lieudit Yassa dans l’arrondissement de Douala 3e.

Seulement mal lui en prit puisque ses adversaires désignés sont loin de présenter quelque profil d’escroc foncier. En effet, comment comprendre que dans son diatribe le sieur Gabriel Kondo Ebelle ait pu obtenir régulièrement la parcelle aujourd’hui querellée bien avant ses contradicteurs et ne se rendre compte qu’après que ladite parcelle ferait l’objet d’une double vente. Car en fait c’est de cela qu’il s’agit dans cette affaire foncière qui fait couler beaucoup d’encre dans la sphère médiatique nationale.

A moins qu’il ne s’agisse en réalité d’une savante cabale, on comprendrait mal que le gouverneur Dieudonné Ivaha Diboua qui du reste est sawa comme le plaignant, se soit laissé abuser par quelque escroc foncier, alors que ses prérogatives et surtout ses états de service militent amplement en sa faveur quand vient pour lui le moment d’acquérir quelque parcelle. Que dire dans la foulée de Bayero Fadil, personnalité sociopolitique majeure du 3e arrondissement du département du Wouri également épinglé par Gabriel Kondo.

Si ce n’est là la preuve d’ne cabale savamment orchestrée pour faire ombrage aux victimes expiatoires de sieur Gabriel Kondo Ebelle, il y a tout lieu d’y voir des manœuvres rédhibitoires à plus d’un titre, surtout que le même Gabriel Kondo Ebelle se targuerait de paravents gouvernementaux suffisamment forts pour renverser ses protagonistes.

Incongruités

Analyse faite toutefois, il y a lieu de relever préalablement quelques incongruités tenant autant de l’antériorité du titre de propriété des victimes expiatoires de Gabriel Kondo Ebelle par rapport à celui qu’il brandit pour se prévaloir de la qualité d’authentique propriétaire de la parcelle querellée.

Et quand bien même on voudrait accorder quelque bénéfice du doute à sieur Gabriel Kondo Ebelle, il porte en lui-même les stigmates de l’usage de faux aussi répréhensible que le voudraient les insinuations malveillantes à l’encontre des personnalités évoquées supra auxquelles il faut adjoindre également l’ex-préfet aujourd’hui gouverneur de la région du centre Naseri Paul Béa dont le malheur aura été d’offrir une parcelle toute aussi régulièrement acquise à son fils.

En triant ainsi sur le volet les personnalités auxquelles s’attaquer frontalement, sieur Gabriel Kondo Ebelle sait certainement sur qui compter mais semble ignorer que la justice camerounaise a cessé d’être aux ordres et singulièrement en ce qui concerne les litiges fonciers porteurs par excellence de troubles sociaux incontrôlables et susceptibles d’engendrer quelque vacillement du pouvoir.

Toutes choses que redoute ce dernier et s’efforce conséquemment à éviter en commettant aux affaires des hauts commis tels Ivaha Diboua rompus au haut commandement et suffisamment expérimentés pour tempérer les ardeurs belliqueuses des populations flouées et pire délestées de leurs possessions immobilières.

Aussi l’aura-t-on vu littéralement au four et au moulin dans la récente affaire foncière de Dikolo à Bali ou encore quand il fallut recentrer l’autorité traditionnelle à Besseke à Bonabéri. Alors que pour ce qui est de Mouhamadou Bayero Fadil, personnalité politique de premier plan dans le 3e arrondissement du Wouri, point n’est besoin pour lui de recourir à quelque couloir pour acquérir une parcelle dans ledit arrondissement qui l’a adoubé depuis longtemps.

Bataille sous-jacente

Analyse faite, on se rend rapidement compte que cette cabale participe à s’y méprendre de quelque excroissance d’une bataille plus épique où sieur Gabriel Kondo Ebelle ne serait en réalité qu’un comparse du fait de son manque de consistance à plus d’un titre.

Pour s’en convaincre il suffit de lier ses victimes en une sorte de front pour comprendre de qui émane véritablement la cabale partie et alimentée par la presse aux ordres. Fort heureusement les victimes choisies ne se sont pas laissé emporter par quelque réaction qui aurait servi de sauf-conduit à la presse aux ordres pour faire d’elles leur nouveau fonds de commerce en leur consacrant l’essentiel de leurs partitions.

En somme, si sieur Gabriel Kondo Ebelle peut se prévaloir de disposer de quelque paravent gouvernemental ou de celui en tiendrait lieu, ses adversaires déclarés n’en n’ont point besoin pour assurer leur défense.

Du coup, on peut valablement dire qu’il n’y a pas match pour emprunter au langage populaire qui rend bien compte de la situation, quand bien même pour l’un des protagonistes qui a entamé la bagarre la victoire importerait peu, l’objectif étant simplement d’éroder la confiance placée en les victimes expiatoires de sieur Gabriel Kondo Ebelle, quitte pour ce faire à attendre plus longtemps, car c’est à juste titre qu’on aura mobilisé la somme de F Cfa 20 millions.

Erreur de casting

Au total, autant ces victimes expiatoires s’avèrent inattaquables à bien d’égards, autant les commanditaires et exécutants se sont allés à un mauvais ciblage ou plus exactement à une erreur de casting. Sinon comment comprendre qu’on ait pu mêler à quelque escroquerie foncière, le sénateur Thomas Tobbo Eyoum à la moralité irréprochable et surtout multiple propriétaire immobilier qui n’a point besoin de parcelle compromettante pour éroder son aura auprès du garant des institutions qui sait du reste compter sur lui pour rallier les voix de la communauté sawa le moment venu.

Avec un ciblage aussi erroné, il est clair que le sombre dessein que nourrit sieur Gabriel Kondo Ebelle ne saurait prospérer, sauf pour lui de faire préalablement allégeance aux personnes qu’il a maladroitement offensées. Car, même en cas de guerre des clans, il est des patriarches qu’on ne saurait confondre aux anonymes à l’instar de Thomas Tobbo Eyoum qui a roulé sa bosse au plan politique et cantonal.

Sombre dessein

En somme, les initiateurs de cette insidieuse cabale voudraient voir la communauté sawa se saborder en ne se reconnaissant plus en ses piliers pourtant considérés comme défenseurs de ladite communauté. Aussi ont-ils subtilement inséré les noms de ceux-ci au titre de complices de leur expropriation foncière. Suffisant croiraient-ils pour liguer ladite communauté contre le pouvoir et surtout pour tirer à boulets rouges contre ceux des membres de leur communauté ayant pris quelque part à cette expropriation.

Seulement, mal leur en a pris eu regard de la vérité première sur le litige ayant cours à Yassa qui a plutôt étalé au grand jour le jeu-trouble de sieur Gabriel Kondo Ebelle. Du coup, ce dernier devrait s’en prendre à lui-même et ne rien espérer de son présumé mentor qui ne saurait compromettre le capital confiance dont il continue de jouir de la part de la plus haute autorité de l’état.

Le Satellite

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi