fbpx

Cameroun Actuel

Les travailleurs de la CICAM en grève pour réclamer 15 mois de salaires impayés

CICAM

Les employés de la Cameroon Cotton Corporation, connue sous son acronyme français CICAM, ont cessé leurs activités le lundi 8 juillet pour protester contre 15 mois de salaires impayés accumulés.

Rassemblés devant les locaux de l’entreprise, les travailleurs ont exigé le paiement de leurs arriérés de salaire, soulignant la nécessité de subvenir aux besoins de leurs familles. « Si nous avons décidé de venir ici aujourd’hui pour protester, c’est parce que nous sommes fatigués », a déclaré un travailleur mécontent, exprimant que leur patience et compréhension étaient désormais épuisées.

Selon les manifestants, ils subissent les conséquences de la mauvaise gestion de la corporation. Cette manifestation fait suite à une grève similaire au début du mois d’avril de cette année, où les travailleurs avaient reçu la promesse que leurs problèmes seraient résolus d’ici le 30 avril. Cependant, aucune solution n’a été apportée, laissant les travailleurs dans un sentiment d’impuissance.

« Nous avons eu plusieurs réunions et ils nous ont confirmé que les choses seraient maîtrisées, mais jusqu’à aujourd’hui, rien n’a été fait. Les mois ont passé, et nous sommes maintenant à 15 mois sans changement », a déploré un autre travailleur, ajoutant, « nous voulons que l’État prenne en compte notre revendication ».

Certains travailleurs protestataires accusent la compagnie de mauvaise gestion et craignent que la crise salariale en cours ne les empêche d’envoyer leurs enfants à l’école. « Les deux directeurs camerounais que nous avons eus sont ceux qui nous ont mis dans cette situation. Nous pleurons parce que les écoles vont bientôt reprendre. L’année scolaire dernière, les enfants n’ont pas été à l’école. Cette année encore, la même chose pourrait se produire », a déclaré un autre travailleur mécontent aux journalistes.

La direction de la société est restée silencieuse face aux doléances soulevées par ses travailleurs. En attendant une réponse, les employés de la CICAM continuent leur lutte pour obtenir ce qui leur est dû, espérant que leurs voix seront enfin entendues et que des mesures concrètes seront prises pour remédier à leur situation précaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi