Camerounactuel

Les séparatistes déposent les armes et veulent travailler avec Biya pour lutter contre le coronavirus

C’est une sorte de « cessez-le-feu » proposé par les Nations unies avec la montée en puissance de l’épidémie du coronavirus.  

Comme on le dit trivialement cela peut être vu comme une très bonne nouvelle. Les ambazoniens déposent les armes. Ils manifestent dans la foulée, leur volonté de travailler avec le gouvernement camerounais, pour barrer la voie au coronavirus. C’est la suite logique, du « cessez-le-feu » demandé par les Etats-Unis en raison de la montée fulgurante de la pandémie du coronavirus.

On se souvient que le 23 mars 2020, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’Onu lance un appel solennel « à un cessez-le-feu immédiat, partout dans le monde» pour se concentrer face à la « furie» du Covid-19. Une initiative que les  leaders de la République imaginaire d’ambazonie saluent.

Ebenezer Akwanga

« Les Socadef sont prêts à soutenir le cessez-le-feu et garantiront sécurité et libre circulation aux observateurs internationaux et aux acteurs humanitaires en Ambazonie (…) conformément au droit international humanitaire», comment alors Ebenezer Akwanga. Ce leader du mouvement mentionne cela dans un courrier signé depuis Accra au Ghana. C’était le mercredi 25 mars 2020.

Dans ce document de quelques pages  Ebenezer Akwanga profite de la circonstance pour appeler alors les  « autorités et les forces de sécurité de la République du Cameroun à répondre à l’appel du secrétaire général des Nations unies. Nous sommes prêts à rencontrer des représentants désignés de la République du Cameroun pour une bonne application du cessez-le-feu ». Une sorte de main tendue, Yaoundé n’a pas encore réagit à cette sortie. En fin de semaine dernière, Paul Biya, le président de la République a tout simplement mis sur pied, un comité de suivi des résolutions du Grand dialogue national.

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles