fbpx

Cameroun Actuel

Le ministre des Mines par intérim déclare que le Cameroun sera une nation industrialisée d’ici 2035

Il est officiellement indiqué que le Cameroun doit transformer 80% de ses cultures vivrières locales pour être pleinement reconnu comme une nation industrielle et un certain nombre de mécanismes se multiplient au fil des années pour atteindre cet objectif.

Le ministre par intérim des mines, de l’industrie et du développement technologique, le professeur Fuh Calistus Gentry, a déclaré que la transformation locale des produits agricoles permettra au Cameroun de devenir une véritable nation industrialisée d’ici 2035.

Il s’adressait à des centaines d’exposants agro-industriels participant au salon de l’agro-industrie de cette année, SIALY, qui se tiendra du 5 au 9 juillet 2023 à Yaoundé. Au total, 300 exposants du secteur agro-alimentaire, agriculteurs et étudiants participent à l’événement.

«Nous devons transformer nos aliments cultivés localement. Si nous continuons à les importer, cela devient un commerce et ce n’est pas ce que nous voulons», a déclaré le professeur Fuh.

Il a également insisté sur la nécessité d’une formation à la transformation. L’un d’entre eux est le salon de l’agro-business de Yaoundé qui vise à former 1 million de jeunes agro-entrepreneurs. Certains des agro-entrepreneurs qui sont de petits exploitants innovent dans la transformation et la distribution des aliments.

Les petits exploitants qui saisissent la vision de transformer les produits alimentaires espèrent pouvoir être accompagnés par le gouvernement

«L’expansion de l’industrie a été l’une de nos préoccupations. À Bangem, nous produisons plus de 35 % de la production nationale mais la petite unité que nous avons ne peut même pas prendre 1/10 de ce que nous avons comme matière première», a déclaré l’un des agro-entrepreneurs.

La 8ème édition du salon international de l’agro-business de Yaoundé mise sur la formation pour promouvoir l’exposition industrielle et par extension les produits made in camerounaise en adéquation avec les politiques de la zone de libre-échange continentale africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi