fbpx

Cameroun Actuel

Le ministre de la Santé publique s’oppose à la migration des médecins du secteur public vers le privé

Manaouda Malachie

Le Ministre de la Santé Publique, Dr. Manaouda Malachie, a émis une directive stricte pour freiner la tendance des médecins du service public à se tourner vers la pratique privée.

Dans un communiqué de presse daté du 13 juin, Dr. Manaouda a souligné l’augmentation inquiétante du nombre de médecins employés par le gouvernement cherchant à obtenir des licences pour la pratique privée, une situation qu’il a qualifiée d’alarmante.

Dr. Malachie a déclaré : « Depuis plusieurs semaines, des médecins demandent à mes services techniques des visas pour être apposés sur les licences de pratique privée déjà délivrées par l’Ordre National des Médecins du Cameroun (ONMC). »

Il a souligné qu’en vertu de la Loi n° 90/036 du 10 août 1990 relative à la pratique et à l’organisation de la profession médicale, ces visas doivent être apposés par le Ministère de la Santé Publique, en se basant sur la carte sanitaire – un instrument de planification gouvernemental – avant que le Président du Conseil de l’ONMC puisse signer.

Le Ministre a mis en garde la communauté médicale contre l’obtention d’autorisations de pratique privée en violation de ces règlements, déclarant que ces visas seraient nuls et non avenus.

Il a en outre précisé : « Aucun visa ne sera délivré pour régularisation au niveau de ce Ministère. »

Cette directive intervient dans un contexte où de plus en plus de professionnels de la santé cherchent de meilleures opportunités à l’étranger, ainsi qu’un glissement notable de l’emploi du secteur public vers le secteur privé au Cameroun.

Les médecins et les enseignants figurent parmi les professionnels les plus nombreux à quitter le pays pour des emplois mieux rémunérés à l’étranger.

La tendance des médecins à passer à la pratique privée au Cameroun est motivée par des revenus nettement plus élevés dans les cliniques privées par rapport aux hôpitaux gouvernementaux.

Ce changement a exacerbé les défis au sein du système de santé publique, où les patients reçoivent souvent des soins inadéquats à moins de paiements supplémentaires.

Malgré les efforts du gouvernement pour renforcer la couverture de santé universelle à travers la construction de nouvelles infrastructures de santé dans diverses régions, la qualité des soins dans les hôpitaux publics reste médiocre.

La directive du Dr. Malachie vise à atténuer ces problèmes en retenant davantage de médecins dans le secteur public afin d’améliorer la prestation globale des soins de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi