fbpx

Cameroun Actuel

Le Cameroun durcit le ton contre Starlink : saisie des équipements et suspension de la connexion

Starlink

Le directeur général des douanes du ministère des Finances, Fongod Edwin Nuvaga, a émis une note adressée à ses collaborateurs le 15 avril 2024, annonçant une nouvelle mesure concernant les équipements de Starlink, le fournisseur d’accès à Internet par satellite de la société SpaceX d’Elon Musk. Désormais, ces équipements seront saisis par les agents de la douane à leur arrivée sur le territoire camerounais.

Cette décision vise à mettre fin à ce que l’on considère comme une menace pour la sécurité nationale, car les équipements Starlink échappent au contrôle de l’Agence de régulation des télécommunications (ART). L’importation de tout matériel de télécommunication au Cameroun est en effet soumise à l’homologation de l’ART.

Cette mesure intervient dans le cadre d’une lutte plus large contre les activités de Starlink, accusée d’exercer illégalement au Cameroun. Alors que les procédures administratives sont en cours pour régulariser la présence de Starlink dans le pays, des activités commerciales et d’exploitation frauduleuse de terminaux de Starlink ont été constatées.

En réaction, Starlink a annoncé la suspension de sa connexion dans les pays où l’entreprise n’est pas encore formellement autorisée à exercer, dont le Cameroun, à compter du 30 avril 2024. Cette décision a suscité l’indignation chez de nombreux utilisateurs et experts locaux des télécoms, qui considèrent cette suspension comme un obstacle pour de nombreuses startups tech, qui n’auront pas d’alternatives viables en matière de connexion Internet haut débit.

En effet, Starlink offrait une alternative attrayante pour de nombreux Camerounais, confrontés à une qualité d’Internet approximative et aux incidents réguliers sur la fibre optique. Avec ses équipements compacts, son installation autonome et sa connexion Internet haut débit stable, Starlink permettait aux utilisateurs de se connecter même depuis les zones les plus reculées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi