Camerounactuel

Justice : Atangana Kouna, ex-DG de la Camwater, nie les «détournements»

Le 12 mai 2020, Basile Atangana Kouna, l’ex-directeur général de la Cameroon Water Utilies Corporation (Camwater), a plaidé non coupable devant le Tribunal criminel spécial (TCS) des faits de «prise d’intérêt dans un acte», «violation des dispositions du Code des marchés public » et ceux de la supposée complicité du détournement présumé de la somme totale de 1,7 milliard de francs.

Des infractions qui pèsent sur ses épaules dans l’un des deux procès intentés à l’ex-ministre devant la juridiction d’exception. Thomas Nama Aloa, «neveu» et coaccusé de M. Atangana Kouna, a opté pour une ligne de défense similaire sur les mêmes charges. Les deux hommes sont détenus à la prison centrale de Yaounde Kondengui.

Les trois autres accusés ne comparaissent pas. Outre son choix de défense, M. Atangana Kouna a annoncé qu’en dehors des pièces à conviction, il compte faire entendre deux témoins dont la liste a d’ailleurs été communiquée au tribunal «Comme les accusés plaident non coupable, je solliçite un renvoi pour faire comparaître mes trois témoins», a indiqué le ministère public. Ce sera pour le 5 juin prochain.

En rappel M. Kouna, Jacques Michel Massart, un homme d’affaires belge, et trois autres moins connus du grand public sont renvoyés en jugement pour répondre des faits d’une supposée complicité de détournement de la somme en cause. II leur est reproché d’avoir mis sur pied une société écran dénommée Aspac Cemac Sari pour «sous-traiter frauduleusement le contrat commercial d’environ 40 milliards de francs ( 60 millions d’euros) conclu entre la Camwater et Aspac International le 21 novembre 2009».

Ce qui aurait facilité la distraction des fonds au centre de l’affaire. En 2018, M. Massart et M. Atangana Kouna avaient restitué au Trésor public l’intégralité des fonds au centre du procès. Curieusement, leur requête conjointe d’arrêt des-poursuites introduite auprès du Garde des Sceaux n’a pas encore connu de réponse.

Une semaine auparavant, le 5 mai, lors de l’examen du second procès intenté à M. Atangana Kouna, le procureur a sollicité et obtenu un «ultime renvoi» pour le 9 juin prochain. Il a brièvement expliqué que c’est pendant la «prochaine audience» qu’il va enfin faire ses observations sur l’offre de restitution au Trésor public d’un montant de 1,2 milliard de francs formulée le 26 novembre 2019 par l’accusé. L’ex-DG de la Camwater sollicite en fait une «mainlevée partielle» sur ses comptes bancaires saisis pendant l’information judiciaire par le juge d’instruction pour faciliter l’opération. Les avocats de l’Etat ne l’entendent pas de cette oreille.

Source: Kalara

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles