fbpx

Cameroun Actuel

Grève nationale des enseignants du supérieur : le BEN-SYNES réclame le paiement intégral des avantages spéciaux

Le Bureau Exécutif National du Syndicat National des Enseignants du Supérieur (BEN-SYNES) a relancé une grève nationale à partir du 22 janvier 2024. Cette décision a été prise lors d’une session extraordinaire du BEN-SYNES qui s’est tenue le 21 janvier 2024.

Le motif central de cette grève tourne autour du retard dans le paiement de la quatrième tranche de l’allocation de modernisation de la recherche versée à tous les enseignants éligibles des universités d’État, un avantage établi par le président Paul Biya.

Selon le Prof. Wogaing Fotso Jeannette, Secrétaire Général du SYNES, environ 70 % des bénéficiaires éligibles n’ont pas encore reçu leur paiement dû.

« Les enseignants du supérieur attendent que le gouvernement prenne en compte et donne la priorité à leur bien-être, afin de leur permettre de mener à bien leurs missions d’enseignement et de recherche. Par conséquent, le BEN-SYNES invite les enseignants de toutes les universités d’État à continuer de respecter l’ordre de grève à partir du lundi 22 janvier 2024 jusqu’à ce que le paiement intégral de l’allocation spéciale soit effectué pour tous les enseignants », a déclaré le Prof. Bongka Vivian Tah, Secrétaire Adjoint à la Communication du BEN-SYNES.

De plus, le Prof. Fotso a appelé tous les enseignants affiliés aux universités d’État à se joindre à la protestation, les exhortant à continuer d’observer l’ordre de grève à partir du lundi 22 janvier 2024 à 7 heures du matin. La grève persistera jusqu’à ce que le paiement intégral des avantages spéciaux soit effectué pour tous les enseignants concernés.

Du côté du gouvernement, aucune information n’a filtré pour le moment. Cependant, selon un communiqué signé par le Ministre d’État, Ministre de l’Enseignement Supérieur le 16 janvier 2024, après le recouvrement des fonds par le ministère des Finances, les avantages spéciaux demandés sont en cours de paiement. Et cela a été le cas au cours des 15 dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi