fbpx

Cameroun Actuel

Des corps abandonnés à la morgue de Bamenda : la tragédie humaine au cœur du conflit anglophone au Cameroun

Au cœur du conflit armé qui ravage les régions anglophones du Cameroun, l’hôpital régional de Bamenda se retrouve confronté à une tragédie humaine, avec les corps de quatre hommes soupçonnés d’être décédés dans les affrontements, abandonnés à sa morgue. Le directeur de l’établissement, le Dr Denis Nsame, a fait cette révélation alarmante, mettant en lumière la détresse persistante dans cette région en proie à la violence et à l’instabilité.

Le plus âgé des corps, identifié comme étant Abia Moses, âgé de 45 ans, repose à la morgue depuis 93 jours, depuis le 26 décembre 2023. Apporté par un prêtre de Wum, le Révérend Père Roland, son destin tragique est un témoignage poignant de la durée de cette crise dévastatrice.

Les autres corps ne sont pas moins tragiques : Funwie Brandon, 28 ans, déposé par le commandant de la compagnie de Bamenda le 26 janvier ; Macnilan, 26 ans, amené par les urgences de l’hôpital régional le 28 janvier 2024 ; et enfin, un quatrième corps, arrivé le 6 février, apporté par l’armée camerounaise. Tous ces hommes ont été confrontés à une fin précoce et brutale, devenant des symboles des souffrances endurées par la population dans ce conflit meurtrier.

Le Dr Denis Nsame a annoncé que si personne ne se présente pour réclamer les corps d’ici le 5 avril, ils seront remis aux autorités pour être enterrés. Cette situation n’est malheureusement pas inédite pour l’hôpital régional de Bamenda, qui a vu affluer de nombreux cadavres abandonnés, souvent victimes des violences liées au conflit.

Les habitants des régions anglophones du Cameroun continuent de souffrir alors que le conflit armé entre les séparatistes et les forces gouvernementales entre dans sa septième année. Avec plus de 6 000 vies perdues et un nombre incalculable de personnes touchées par la violence et l’instabilité, la tragédie humaine se perpétue, laissant des cicatrices indélébiles dans le tissu social et politique du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi