Camerounactuel

Championnats professionnels : premier test grandeur nature pour Semengue et le Ctfp

Après deux saisons émaillées par la pandémie du Covid, les batailles de leadership et les conflits de compétence autour de la défunte Ligue de football professionnel du Cameroun, les championnats Mtn Elite One et Two reprennent droit de citer. Le Conseil transitoire du football professionnel que dirige le général d’armée, est plus que jamais au pied du mur.

Finis les procès et les querelles dans les prétoires. Place au jeu ! C’est la grande rentrée ce jour. Après deux années de passage à vide, le football professionnel reprend tous ses droits. Embrumé dans de longues et d’interminables batailles de légitimité et de légalité, revoici les footballeurs sur les pelouses ; revoici le sport roi national dans toute sa grandeur.

Le lancement de la saison a lieu cet après-midi au Mtn Arena stadium de Mbouda avec comme affiche phare, le choc entre Bamboutos local et Pwd de Bamenda, fraîchement auréolé de son titre de vainqueur de la Coupe du Cameroun.

Si sur un plan purement sportif, beaucoup d’observateurs donnent l’équipe chérie du département favorite grâce notamment avec ses milliers de supporters qui arborent fièrement le maillot du 12e joueur, les poulains de David Pagouh peuvent créer la surprise en allant arracher les trois points de cette première journée sur les terres d’une équipe de Bamboutos qui n’a vraiment pas été étincelante ces dernières semaines lors des matchs amicaux. Quoiqu’il en soit, le spectacle sera au rendez-vous.

Au nom du salut du foot-pro

Avec un Samuel Eto’o, nouveau président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) à la tribune d’honneur, c’est l’euphorie garantie. Mbouda vivra à coup sûr, une ouverture de saison des plus mémorables. Côté enjeu hors stade, c’est Pierre Semengue qui sera l’une des attractions.

Porté à la tête du Conseil transitoire du football professionnel (Ctfp), le général d’armée qui a accepté de tourner la page de la Lfpc pour relever ce nouveau challenge à lui confié par celui qu’il appelle affectueusement « mon pis », est attendu au tournant.

Mieux que des discours et des promesses, il devra rendre une copie plus élaborée et plus professionnelle au terme de la saison et démontrer ainsi aux yeux de ceux qui estiment qu’il a fait le mauvais choix en misant sur la politique de Samuel Eto’o, que c’était le meilleur risque pour le salut du football professionnel au Cameroun.

D’ailleurs, la réunion tenue lundi dernier à Tsinga avait pour objectif la recherche des solutions permettant de déterminer le champion du Cameroun avant le 30 juin 2022, délai fixé par la Confédération africaine de football (Caf) pour présenter les représentants en compétitions africaines interclubs pour la saison prochaine.

Paiement des salaires des joueurs et encadreurs

C’est donc une véritable course contre la montre qui est engagée dès ce jour. Pas de championnat Mtn Elite One en une poule unique. La Fécafoot garde l’ancien format de deux poules de 12 et 13 clubs qui évolueront sous la forme de quatre sous-poules réparties dans chacune des quatre villes retenues pour le tournoi.

Mieux, « afin de respecter les délais impartis de ta Caf, U a été décidé de ta formule de regroupements dans tes villes Yaoundé, Douata, Bafoussam et Limbe. Au terme de ta phase de poules du championnat, tes clubs classés 1er et 2e de chaque poule vont s’affronter en matchs croisés en aller simple ainsi qu’it suit : 1er A vs le B ; 1er B vs 2e. Les vainqueurs respectifs de ces matchs joueront une finale qui consacrera te Champion du Cameroun.

Les perdants vont s’affronter au cours d’un match qui établira te classement du 3e et du 4e. A t’issue de ta saison, tes clubs ctassés aux 05 dernières places seront relégués en Championnat Etite Two ainsi qu’it suit : tes 02 derniers de chaque poule ainsi que te perdant du match d’appui entre te lie de ta pou te A et te 10e de ta poule B », peut-on lire sur le communiqué qui a sanctionné les assises.

Pour rendre le championnat plus attractif, la Fécafoot qui prendra en charge l’hébergement et la restauration des équipes lors des différents regroupements, promet une enveloppe de 50 millions de Fcfa au champion du Cameroun. L’instance faitière du football camerounais, en collaboration avec le Syndicat national des footballeurs du Cameroun (Synafoc), met un point d’honneur sur le paiement des salaires des joueurs et encadreurs conformément à la convention récemment établie. Balle au centre !

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles