Camerounactuel

Célestin Monga : « les opportunistes zélés prétendent aujourd’hui combattre les régimes qu’ils servaient hier »

Dans un hommage à la veuve de l’écrivain Mongo Beti, l’économiste camerounais tacle sévèrement certains opposants qu’il qualifie au passage d’opportunistes.

Un souhait d’anniversaire alimente le débat politique au Cameroun, en ce moment où le coronavirus cristallise les attentions. En effet, ce lundi 28 avril 2020, l’ancien vice-président de la Banque africaine de développement adresse un sympathique message à la veuve de Mongo Beti, Odile Tobner Biyidi, qui a eu 83 ans le 27 avril dernier. Dans cette sortie sur son compte Twitter, ce dernier salue la justesse de cette combattante. Il profite de l’occasion pour tacler indirectement les opposants au régime de Biya.

Pour lui, ces opposants, « sont des opportunistes zélés qui prétendent aujourd’hui combattre les régimes qu’ils servaient hier ». Une phrase qui crée la polémique sur la toile camerounaise. Ceux qui sont particulièrement en transe, ce sont les militants du Mouvement pour  la renaissance du Cameroun (Mrc). ils croient que c’est un pique que l’économiste envoie à leur leader, Maurice Kamto, ancien ministre de Biya.

Edouard Akame Mfoumou

Les fans de Kamto ne passent pas alors par quatre chemins pour répondre à Célestin Monga. « Mais ce que Monga ne vous dira jamais, c’est qu’il a aussi occupé des fonctions dans une structure publique à savoir la Bicic, une banque d’Etat alors qu’il prétendait à cette époque être dans l’opposition. Nous sommes au début des années 1990 », écrit Me Christian Ntinbane Bomo, avocat au barreau de Paris et proche du Mrc.

Le journaliste camerounais en service à Jeune Afrique, va dans le même sens que son compatriote avocat. « Quand on a été chef d’agence d’une banque à capitaux majoritairement publics, (la Bicic), quand on y a été recruté et formé par son mentor Edouard Akame Mfoumou et que personne ne vous en fait le reproche, est-il judicieux d’aller soi-même fouiller dans le passé des autres ? », s’interroge ce dernier.

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles