Camerounactuel

Cameroun : le haut commandement militaire indigné face au flux important des grossesses dans la marine nationale

Le haut-commandement en guerre contre les jeunes femmes non-officiers enceintées avant trois années de service sous le drapeau.

«Très agacé», Joseph Beti Assomo veut mettre les points sur les «i» avec ses troupes en service dans les unités de la Marine nationale disséminées à travers le pays. En veillant à ne citer personne nommément, le ministre délégué auprès de la présidence de la République en charge de la Défense (Mindef) a fait part de son indignation face au «flux important des personnels militaires féminins non-officiers ayant été enceintés avant trois années de service». Dans une note de service qu’il a rédigée il y a quelques jours, le Mindef pointe spécialement du doigt les jeunes femmes non-officiers de tous grades des contingents 2015, 2017 et 2019.

Last but not the least

Ce qui agace le plus Joseph Beti Assomo, ce sont les manœuvres des concernées à prolonger le plus longtemps possible leurs positions hors des rangs, afin de se soustraire de leurs obligations militaires. Selon le Mindef, cela ne saurait être continuellement toléré. Ce d’autant plus que l’engagement peut être résilié pour grossesse, mariage avant trois années de service, selon les dispositions du titre I, de l’article 3 de l’instruction ministérielle de référence.

Sur la base de ce texte et d’autres dispositions particulières, les chefs hiérarchiques ont été instruits par le Mindef de prendre des mesures réglementaires qui s’imposent pour mettre fin à ces dérives.

Il est à signaler que, depuis plusieurs années, l’armée camerounaise a pris le virage de la féminisation de ses effectifs. Les femmes sont plus nombreuses au sein des catégories hiérarchiques les moins élevées. Elles sont plus jeunes proportionnellement.

La professionnalisation faisant son chemin, les écoles d’officiers et de sous-officiers accueillent actuellement de plus en plus de femmes. Beaucoup planifient leurs grossesses en fonction des postes qu’elles occupent. Certaines, mères de très jeunes enfants, sont parfois amenées à refuser des départs en mission. C’est un constat avéré dans le service de santé des armées.

Journal Intégration

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles