fbpx

Cameroun Actuel

Calixthe Beyala à Brenda Biya : « tu pourras compter sur moi pour te soutenir dans ces combats »

Calixthe Beyala

Brenda Biya est toujours au coeur des débats au Cameroun, plusieurs plus d’une semaine après son coming out. La fille du Président de la République du Cameroun, dans une interview accordée au journal français Le Parisien, a exprimé son désir de voir évoluer la législation camerounaise réprimant l’homosexualité, une loi qu’elle juge inéquitable et antérieure à la présidence de son père, espérant que son expérience personnelle contribuera à son changement.

En réaction, Calixthe Beyala, éminente romancière camerounaise, a adressé un message à Brenda Biya, fille du président Paul Biya, l’invitant à étendre son engagement militant au-delà de la défense des droits des homosexuels pour embrasser d’autres causes sociales au Cameroun.

Tout en reconnaissant la maturité de Brenda Biya dans son plaidoyer actuel, Calixthe Beyala l’exhorte à se pencher également sur des enjeux tels que l’égalité des droits dans l’emploi, l’accès aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau potable et à l’électricité pour l’ensemble des citoyens camerounais.

Dans son message, Calixthe Beyala exprime son soutien et sa disponibilité à se joindre à Brenda Biya dans ces luttes, qu’elle-même défend depuis longtemps.

« Ma très chère fille Brenda Biya. Je constate avec joie que tu as aujourd’hui la maturité nécessaire pour porter des causes liées à la justice humaine. Et je t’en félicite. Néanmoins, il me serait agréable de te voir agir également sur le plan de l’égalité des droits au travail, aux soins, à la scolarisation, à l’accès à l’eau potable et à l’électricité pour tous nos compatriotes qui souffrent tant. Tu pourras compter sur moi pour te soutenir dans ces combats que je mène déjà. J’attends ta réaction positive à mes attentes. Je t’exprime toute ma tendresse ».

Cette interpellation de Beyala survient dans un climat de débat public suscité par Brenda Biya, qui a récemment partagé une photo d’elle embrassant une autre femme, alimentant ainsi les discussions sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi