Camerounactuel

Bafoussam : la vie reprend son cour normal après l’incident du week-end

Le décès du jeune Cyrille Epango à la suite d’une balle malencontreusement reçue lors d’une perquisition a été à l’origine du mouvement samedi dernier dans la ville.

Des endroits encore noircis par un début d’incendie rapidement éteint à la brigade de gendarmerie de Ndiengdam-Bafous-sam. Des amas de cailloux qui jonchent le carrefour Socada, l’entrée de l’abattoir, de l’Hô-pital régional et d’autres points chauds de Bafoussam.

Les débris des barricades ici et là. Ces éléments dénotent de la vive tension qu’a connue la ville de Bafoussam dans l’après-midi du samedi 9 mai 2020.

Une foule en furie a multiplié des assauts pour détruire certains édifices publics de la ville. Les éléments des forces de sécurité étaient principalement visés. Certains, à l’instar de l’adjudant Efangono seront pris à partie par la foule.

Le professionnalisme des forces de maintien de l’ordre, et l’intervention des autorités administratives avec en tête le gouverneur de la région de l’Ouest, Augustine Awa Fonka, et le préfet de la Mifi, Chaïbou, permettront de calmer cette foule en furie.

Ce mouvement d’humeur est parti de la mort de Cyrille Cpanga. Ce jeune étudiant âgé d’une vingtaine d’années a succombé à une blessure par balle malencontreusement reçue lors d’une opération de perquisition.

La brigade de gendarmerie de Ndiangdam, sous la conduite de son commandant, menait une enquête pour retrouver des malfrats qui avaient, quelques jours plus tôt, agressé et dépossédé un officier de gendarmerie, de son arme à feu.

C’est en pourchassant les membres d’un gang suspect que l’incident malencontreux se serait produit, selon les premiers éléments de l’enquête. La nouvelle de la mort de Cyrille Epanga, a donc donné lieu à un mouvement d’humeur.

La foule en furie a été progressivement calmée par les autorités administratives de la ville, et maîtrisée pour les plus récalcitrants, par les forces de maintien de l’ordre. Les hommes en tenue restent vigilants. La ville de Bafoussam, retrouve progressivement son calme habituel. L’enquête ouverte, suit son cours. Le préfet de la Mifi a programmé pour ce lundi une réunion de crise avec les différents groupes impliqués, afin de faire la lumière sur cet incident malheureux.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi