Camerounactuel

Affaire Cpp-Minat : la Cour suprême déboute Paul Atanga Nji

La Chambre administrative de la Cour suprême a définitivement rétabli Edith Kaah Walla dans ses fonctions de présidente du Cameroon People’s Party.

Trois ans et demi après avoir été suspendue de la présidence du Cameroon People’s Party (CPP) par un communiqué du ministre de l’Administration territoriale (Minât) Paul Atangana Nji, Edith Kaah Walla vient d’être rétablie dans ses droits par la justice camerounaise.

Au cours de l’audience du 13 janvier 2022, « la Chambre administrative de la Cour suprême statuant sur le pourvoi, rejette l’action du Minât et confirme la décision rendue par le tribunal administratif du Centre annulant la décision du Minât », informe le secrétaire général du CPP, selon qui dans sa décision, la Chambre administrative a, « en la forme déclaré le pourvoi irrecevable ; et sur le fond, déclaré injustifiée et par conséquent rejeté », poursuit Franck Essi.

Tout commence le 17 juillet 2018 lorsque dans un communiqué, le Minât informe les gouverneurs des régions de ce que le représentant.officiel du CPP est désormais Samuel Tita Fon, par ailleurs ancien militant du CPP.

Une décision qui, note Franck Essi, a fait accroître la répression sur les militants et sympathisants de ce parti restés fidèles au leadership conduit par Edith Kaah Walla, bien que la décision ait été attaquée en justice par le parti.

Ainsi, le 16 juin 2020, explique Franck Essi, le tribunal administratif du Centre donne raison au leadership conduit par Edith Kaah Walla. Le tribunal dit également son recours justifié avant d’annuler la décision du Minât du 17 juillet 2018 portant situation au sein de certains Partis politiques, dont le CPP. Mécontentement de cette décision, le Minât formule un pourvoi auprès de la Chambre administrative de la Cour suprême.

Le Minat saisit également le premier président de la Cour suprême afin d’obtenir un sursis à exécution aux fins de suspendre cette décision. Demande rejetée le 26 décembre 2020 ; autorisant de ce fait le CPP à poursuivre l’exécution de la décision rendue par le tribunal administratif malgré le pourvoi introduit à la Cour suprême par le Minât.

ATissue de cette décision rendue par la plus haute juridiction du Cameroun, « le CPP se réserve le droit d’engager toutes les démarches adéquates en vue d’obtenir les réparations conformes aux dommages et désagréments divers causés par cet abus du pouvoir administratif », fait savoir Franck Essi.

D’après lui, « le parti entend poursuivre plus que jamais son combat pour une refondation de l’État au Cameroun, seul moyen de parachever le processus d’accession à l’indépendance véritable, prônée par les pionniers de l’indépendance du Cameroun ».

Mutations

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles