Camerounactuel

A Logbaba à Douala, les faux gendarmes arnaquent les motos taximen

Ils ont été pris la main dans le sac par le maire de la commune de Douala III, de retour d’une tournée de sensibilisation sur le Covid-19 mardi dernier.

Le groupe d’imposteurs composé d’une dizaine de membres, dont un gendarme, était posté à Logbaba, zone industrielle. Surpris par la présence de ce poste de contrôle, le maire Valentin Epoupa Bossambo s’est arrêté pour s’enquérir de la raison de leur présence sur le terrain. Les réponses aux questions posées à l’un d’entre eux ont éveillé les soupçons du maire. Et aucun document officiel justifiant leur présence sur le terrain n’a été présenté.

« Nous sommes tombés fortuitement sur une brigade parallèle de recouvrement qui arnaquait les populations. Ce qui a attiré notre attention, c’est que nous n’avons pas envoyé d’agents sur le terrain. On devait donc s’assurer que ceux qui y étaient ont été officiellement mis en mission par une autre administration, ce qui n’est pas le cas. Nous avons constaté que ce groupe bénéficie de l’appui d’un élément des forces de l’ordre. Le problème a été confié à la brigade de gendarmerie territorialement compétente », a révélé Valentin Epoupa Bossambo.

Gendarmerie de Logbaba

Entre-temps, des membres du groupe ont tenté de filer mais certains ont été vite rattrapés par les éléments de la police municipale. Alerté, la brigade territoriale de gendarmerie de Logbaba est descendue sur les lieux.

Le gendarme, présumé complice des imposteurs, a déclaré appartenir à la brigade de gendarmerie de Mboppi (Douala 1er). Sa présence dans la zone de Logbaba a davantage attisé les soupçons qui pesaient sur lui. Au même titre que quatre autres personnes, il a été mis aux arrêts. Cela dit, deux membres de cette brigade parallèle ont réussi à fuir.

Sur le terrain, ces imposteurs procédaient à l’interpellation des motos. Se faisant passer pour des agents communaux, ils procédaient à la collecte de certaines taxes communales. Les motos de tous ceux qui n’étaient pas « en règle » étaient tout simplement saisies. Deux engins attrapés par ces faux agents ont été transportés à la gendarmerie.

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles