Camerounactuel

Violences basées sur le genre : le gouvernement sort les gros moyens

Un atelier de validation de la stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre et du plan d’action de lutte contre les mutilations génitales féminines et du cahier de charge y relatif se tient ce 28 juin à Ebolowa. Une initiative du Ministère de la promotion de la femme et de la famille.

Les travaux qui regroupent pendant 24 heures, une trentaine de participants venus des administrations, Associations et autres ONG, sont présidés par Moussa Aoudou, secrétaire général du Minproff.

Au cours des échanges, rapporte Cameroon Tribune, les participants mettent un accent sur la prévention et la protection contre tous genres de violences, mais également l’on parlera aussi de la mobilisation des ressources pour mener à bien sur le terrain, les actions de lutte contre les violences basées sur le genre.

Depuis quelques années, les violences basées sur le genre et notamment sur les femmes connaissent un regain au Cameroun. Les viols collectifs, le harcèlement, les mutilations ou les décès sous les coups des conjoints sont devenus monnaie courante dans les grandes agglomérations.

Chaque soir l’actualité est marquée par un nouveau scandale dans lequel une femme a été soit dénudée, soit rouée de coups par son conjoint, soit violée individuellement ou collectivement. Dans les villages, la situation n’a pas non plus beaucoup évolué. Les contingences culturelles et religieuses continuent de faire leurs ravages : les mariages précoces, les mutilations génitales, l’inceste, les violences conjugales et les violences de tout genre.

Dans le même temps, le cadre légal peu répressif sur la question des violences est resté le même faisant ainsi des jeunes filles et des femmes des victimes habituelles et finalement normales. Pour ne rien arranger, le contexte politique et économique fortement patriarcal maintient la femme dans des positions de faiblesse qui ne favorisent ni la lutte pour ses droits « acquis », ni même la lutte pour l’émancipation de la femme.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi